• Médecine: l'Auto-Immune REgulator, un facteur clé pour la tolérance immune, apparaît responsable de l'inégalité homme-femme face aux maladies auto-immunes!____¤201604

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Estrogen-mediated downregulation of AIRE influences sexual dimorphism in autoimmune diseases» ont été publiés dans la revue The Journal of Clinical Investigation, a permis de mettre en évidence le rôle central de l'Auto-Immune REgulator * (AIRE), un facteur clé pour la tolérance immune, dans l'inégalité homme-femme face aux maladies auto-immunes.

     

    Les maladies auto-immunes, qui «résultent d'un dysfonctionnement du système immunitaire qui s’attaque aux constituants normaux de l’organisme, également appelés 'auto-antigènes'», affectent «5 % à 8 % de la population et touchent davantage les femmes», représentant, en particulier, «la cinquième cause de décès chez les femmes en âge de procréer».

     

    L'étude ici présentée s'est penchée, en vue d'expliquer cette inégalité, «sur les mécanismes de tolérance thymique c’est-à-dire cet état de non-réponse immunitaire face à un antigène». Il est ainsi apparu que le facteur AIRE qui «contrôle l’expression d’antigènes spécifiques de tissus au niveau des cellules épithéliales du thymus (organe lymphoïde à l’origine des défenses immunitaires chez l’Homme)» est «moins exprimé chez les femmes que chez les hommes».

     

    Concrètement, «une diminution d’expression de AIRE entraine une expression réduite de ces antigènes spécifiques» chez ces cellules épithéliales chargées de transmettre par contact aux cellules potentiellement pathogènes «des signaux conduisant à leur destruction», ce qui se traduit par une moins bonne élimination de ces cellules à risque.

     

    En fait, cette diminution est observée après la puberté, «où le thymus des femmes comme celui des souris femelles exprime moins de AIRE que celui des mâles entrainant une moins bonne tolérance immunitaire et donc davantage de susceptibilité aux maladies auto-immunes» et il est apparu «que l’œstrogène était l’hormone responsable de cet effet puisque le traitement par œstrogène de cellules épithéliales thymiques d’homme et de souris, se traduit par une baisse de l'expression de AIRE dans ces cellules».

     

    Cette étude montre donc «que, chez les femelles, l'œstrogène induit des changements dans l’expression du gène AIRE, augmentant ainsi la sensibilité des femmes aux maladies auto-immunes». De ce fait, les niveaux d'expression de AIRE peuvent «indiquer une prédisposition à une maladie auto-immune et faire du taux d’oestrogène une cible thérapeutique potentielle».

     

     

    Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

    * Auto-Immune REgulator

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :