• Médecine: la structure et les fonctions de RON13, une enzyme du parasite de la toxoplasmose, indispensable au mécanisme infectieux chez l’être humain, ont été identifiés! ____¤202106

    Une étude, dont les résultats intitulés" Structural insights into an atypical secretory pathway kinase crucial for Toxoplasma gondii invasion" ont été publiés dans la revue Nature Communications, a permis d'identifier la structure et les fonctions de RON13, une enzyme du parasite de la toxoplasmose indispensable au mécanisme infectieux chez l’être humain.

     

    Relevons tout d'abord que Toxoplasma gondii, le parasite responsable de la toxoplasmose, est capable d'infecter quasiment tous les types de cellules" et qu'on estime que près de 30% de la population mondiales est chroniquement infectée, pour la grande majorité de manière asymptomatique" (cependant, une infection au cours de la grossesse peut "entraîner de graves pathologies développementales chez l'enfant à naître").

     

    D'autre part, "chez les organismes eucaryotes, certaines enzymes, appelées kinases, régulent une grande variété de processus biologiques fondamentaux" en modifiant "les protéines en ajoutant ou en enlevant des groupements phosphate qui, comme le ferait un interrupteur, allument ou éteignent les fonctions cellulaires selon les besoins».

     

    RON13 est, elle, une kinase du Toxoplasme, qui joue un "rôle prépondérant dans la capacité invasive du parasite". Pour "comprendre les processus biologiques contrôlés par cette enzyme, tant au niveau cellulaire que moléculaire", l'étude ici présentée a "combiné plusieurs technologies de pointe": ainsi, "la cryo-microscopie électronique a permis d’identifier une structure modulaire supplémentaire absente chez toutes les autres kinases précédemment étudiées, mais essentielle à l’activité de RON13", tandis que  "la microscopie à expansion a démontré des changements morphologiques chez le parasite grâce à des images de haute résolution" et que "la protéomique a permis d’identifier les cibles de cette kinase qui sont relâchées dans la cellule hôte pour favoriser son invasion", la génétique ayant, pour sa part, analysé "l’impact de l’absence de cette kinase sur la croissance du parasite".

     

    En fait, "RON13 est une kinase localisée dans un compartiment unique du parasite, une organelle contenant des protéines destinées à être injectées dans l’hôte". Sans cette kinase "l’infection des cellules de l’hôte s’avère impossible". Ces résultats ont été confirmés en infectant "des souris avec une souche du parasite dépourvu de RON13 : ce dernier est devenu totalement inoffensif, à tel point que les souris n’ont pas montré de réponse immunitaire spécifique".

     

    De plus, ces caractéristiques si particulières rendent RON13 insensible à un inhibiteur efficace sur la majorité des kinases" de sorte "que l’on peut la cibler très précisément sans affecter les kinases humaines, limitant les effets secondaires du traitement".

     

    Au bout du compte, "si ces travaux se sont concentrés sur le parasite de la toxoplasmose", comme "d’autres pathogènes de la famille des Apicomplexes utilisent les mêmes procédés d’invasion", il est "envisageable qu’une kinase similaire à RON13 joue un rôle essentiel dans l’infection par d’autres parasites, notamment par Plasmodium falciparum, l’agent responsable du paludisme".

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :