• Médecine: le facteur de transcription Wilms' tumor suppressor 1 (WT1) est un facteur majeur de la néovascularisation et de la progression tumorale!____¤201412

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «The Wilms’ tumour suppressor Wt1 is a major regulator of tumour angiogenesis and progression» ont été publiés dans la revue Nature Communications, a permis de démontrer que le facteur de transcription Wilms' tumor suppressor 1 (WT1), caractérisé initialement comme un suppresseur de tumeur, est un facteur majeur de la néovascularisation et de la progression tumorale.


    C'est en raison de «son inactivation par mutation dans la tumeur de Wilms (néphroblastome)», que le gène WT1 avait d'abord été décrit comme un gène suppresseur de tumeur. Cependant, il a été «récemment proposé comme un promoteur de tumeur en raison de sa surexpression dans les cellules tumorales de nombreux types de cancers chez l’homme».

    L'étude ici présentée montre que la protéine WT1 s'exprime non seulement dans les cellules tumorales, mais également «dans la majorité des constituants cellulaires du stroma tumoral»: en effet le gène WT1 est surexprimé «dans les cellules endothéliales des néo vaisseaux tumoraux», ainsi que «dans les cellules progénitrices hématopoïétiques et les cellules myéloïdes immunosuppressives, avec un rôle favorisant l'angiogenèse et bloquant la destruction des cellules cancéreuses par les cellules immunitaires».


    La comparaison des effets de «l'invalidation conditionnelle du gène WT1 in vivo sur différents types tumoraux et dans différents modèles de souris transgéniques», montre que «cette invalidation, spécifiquement dans les cellules endothéliales, ralentit et limite la croissance tumorale en diminuant la néo-angiogenèse».

     

    De plus, «l'invalidation complémentaire de WT1 dans les cellules progénitrices hématopoïétiques et les cellules myéloïdes immunosuppressives, induit la régression tumorale en associant à la régression de la néo vascularisation une activation de la réponse immunitaire, qui participe à l’inhibition de la formation de métastases».

     

    Plus précisément, la protéine WT1 active au niveau moléculaire «la transcription du gène Pecam-1 codant la platelet/endothelial cell adhesion molecule 1 et du gène de la protéine c-kit, qui stimulent l'angiogenèse».

     

    En outre, «l'invalidation de WT1 spécifiquement dans les cellules myéloïdes immunosuppressives inhibe leur fonction suppressive sur la prolifération des lymphocytes T».

     

    En conclusion, du fait que le gène WT1 apparaît «comme un acteur majeur de la progression tumorale locale et métastatique» avec «trois niveaux d’action indépendants (activation de la prolifération cellulaire tumorale, stimulation de l'angiogenèse et inhibition de la réponse immunitaire anti tumorale)», la protéine WT1 constitue donc «une cible thérapeutique pertinente pour de nouvelles stratégies anti-cancéreuses».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :