• Médecine: les cellules graisseuses entourant une tumeur rendent plus agressives les cellules cancéreuses!____¤201606

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Adipocyte exosomes promote melanoma aggressiveness through fatty acid oxidation: a novel mechanism linking obesity and cancer» ont été publiés dans la revue Cancer Research, a permis de mettre en évidence que les cellules graisseuses entourant une tumeur cancéreuse sécrètent de petites vésicules qui, du fait qu'elles sont captées par les cellules tumorales, leur permettent de fabriquer de l'énergie qui les rend plus agressives.

     

    Soulignons tout d'abord que de nombreux cancers (mélanome, sein, prostate…) se développent dans un environnement «riche en tissu graisseux, composé essentiellement de cellules appelées adipocytes». Cependant, si l'obésité se trouve associée «à l'apparition de ces cancers agressifs», jusqu'ici les mécanismes aboutissant à ces effets restaient largement méconnus.

     

    En vue d'en savoir plus sur cette corrélation, l'étude ici présentée est partie du principe que «les cellules cancéreuses dialoguent entre elles et avec les cellules normales de leur environnement afin de survivre, proliférer et se disséminer» en suivant la piste des exosomes.

     

    Plus précisément, «des études récentes ont démontré qu’un nouveau mode de communication entre cellules» impliquait ces exosomes, qui sont de petites vésicules, transportant «un ensemble très large de molécules (protéines, ARNs, lipides…)», transférables «par des cellules donneuses à des cellules réceptrices, modifiant ainsi leur comportement».

     

    Cette étude a montré, en laboratoire, «sur un modèle de mélanome, le cancer de la peau le plus agressif, que les adipocytes libéraient des quantités très importantes d’exosomes qui sont captés par les cellules tumorales, augmentant ainsi leurs capacités à envahir les tissus environnants (et donc leur capacité à former des métastases)», un mécanisme amplifié chez les sujets obèses. Comme ces observations ont été confirmées dans le cancer de la prostate, on peut «envisager la généralisation de ce mécanisme à l’ensemble des tumeurs se développant à proximité des cellules graisseuses».

     

    D'autre part, «une quantité importante de protéines impliquées dans la fabrication d’énergie par les cellules à partir des lipides (oxydation des lipides ou bêta-oxydation)» a été découverte dans les vésicules. Comme «ces protéines n’ont pas été retrouvées dans les exosomes sécrétés par d’autres types cellulaires», on peut affirmer qu'elles correspondent à un 'type de dialogue' «spécifique des adipocytes».

     

    L'étude «a alors montré que les vésicules sécrétées par les adipocytes favorisent effectivement le métabolisme énergétique des cellules tumorales à partir de l’utilisation de lipides, ce qui stimulent leurs propriétés invasives» puisque «l’utilisation d’inhibiteurs de cette voie métabolique réverse totalement l’effet de ces exosomes».

     

    Il a été ensuite «montré, chez la souris et chez l’homme, que l’obésité modifie le nombre mais aussi la nature des exosomes sécrétés par les adipocytes, contribuant à amplifier leur effet sur l’agressivité des cellules cancéreuses».

     

    Comme «dans un contexte d’obésité, l’inhibition de la voie énergétique d’oxydation des lipides dans les cellules cancéreuses annule totalement l’effet des exosomes adipocytaires sur l’agressivité des cellules tumorales», cette étude ouvre une «nouvelle piste thérapeutique qui pourrait permettre de diminuer l’agressivité des cancers, en particulier chez les individus obèses».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :