• Médecine: une méthode, testée sur un modèle animal a permis d'augmenter dans des proportions considérables la durée de vie de celui-ci!____¤201501

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Elimination of Unfit Cells Maintains Tissue Health and Prolongs Lifespan» ont été publiés dans la revue Cell, a permis de développer une méthode qui pourrait augmenter dans des proportions considérables la durée de vie.

     

    Comme les milliards de cellules de notre corps, accumulent au cours du vieillissement, «des erreurs aléatoires dues au stress et aux agressions externes» qui n’affectent pas toutes les cellules en même temps et avec la même intensité, l'étude ici présentée a eu l'idée de sélectionner les cellules les moins touchées et éliminer les plus endommagées «pour maintenir la santé des tissus et donc retarder le vieillissement».

     

    Les mouches Drosophila melanogaster ont servi à tester cette hypothèse. Pour identifier les cellules en bonne santé dans les tissus des mouches, l'étude a ciblé un gène activé dans les cellules endommagées. Entraînant leur destruction, il a été baptisé Azot.

     

    Comme «normalement, il existe deux copies de ce gène dans chaque cellule», l'insertion d'une troisième copie, à l'aide d'un virus vecteur, a permis de ne conserver que les cellules les plus saines dans les tissus.

     

    Il est alors apparu que «les mouches ainsi modifiées ont préservé leurs tissus du vieillissement plus longtemps et ont vu leur durée de vie augmenter de 50 à 60%».

     

    Comme le gène Azot est conservé chez l’homme, cette étude paraît ouvrir «la possibilité d’utiliser la sélection des cellules saines comme un mécanisme antivieillissement dans certains tissus comme le cerveau ou le cœur».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :