• Médecine: une molécule, capable d’inhiber les interférons afin de contrôler la progression du lupus, a été identifiée! ____¤201909

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Control of TLR7-mediated type I IFN signaling in pDCs through CXCR4 engagement—A new target for lupus treatment» ont été publiés dans la revue Science Advances, a permis d'identifier une molécule capable d’inhiber les interférons afin de contrôler la progression du lupus.

     

    Rappelons tout d'abord que le lupus est une maladie auto-immune, induite «en partie par des protéines, les interférons, qui sont produites par le système immunitaire de façon aberrante» et soulignons qu'il n'existe, à l'heure actuelle, «aucun traitement satisfaisant pour les patients atteints de lupus».

     

    Concrètement, cette maladie auto-immune, qui «touche au moins 5 millions de personnes dans le monde, principalement des femmes, et peut affecter plusieurs organes (articulations, peau, reins, cœur, etc.) avec des symptômes variés», se caractérise «par une activation chronique des cellules immunitaires conduisant à une production aberrante d'interférons».

     

    Les interférons en question, qui «sont des protéines extrêmement puissantes et indispensables pour lutter contre les tumeurs, les virus ou les bactéries», peuvent, «lorsqu’elles sont produites chroniquement», être à l'origine de maladies auto-immunes, comme le lupus.

     

    Dans ce contexte, l'étude ici présentée a permis d'identifier «une petite molécule chimique très puissante capable d’inhiber la production d’interférons et donc l’inflammation». Plus précisément, dans un premier temps, «une protéine présente à la surface des cellules immunitaires, appelée CXCR4, qui, en présence de ligands naturels, régule la production d'interférons en présence de virus» a été identifiée. Ensuite, dans un second temps, «IT1t, une petite molécule qui cible efficacement CXCR4» a été identifié.

     

    La preuve de concept ayant été «validée in vitro avec des effets spectaculaires, le médicament IT1t a été testé in vivo dans un modèle de lupus chez la souris: l'inflammation systémique et la progression de la maladie ont été considérablement réduites». Comme la molécule «s’est aussi avérée efficace sur des cellules de patients atteints de lupus», le potentiel immense de cette nouvelle option thérapeutique dans le traitement de cette maladie se trouve confirmé.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :