• Médecine: une nouvelle cible, potentiellement thérapeutique pour lutter contre les parasites de la famille des trypanosomes, a été découverte! ____¤201710

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «The cryo-EM Structure of a Novel 40S Kinetoplastid-Specific Ribosomal Protein», ont été publiés dans la revue Structure, a permis de découvrir, grâce à la technique de cryomicroscopie électronique, une nouvelle cible potentiellement thérapeutique pour lutter contre les parasites de la famille des trypanosomes. Cette avancée ouvre la voie au développement de nouvelles thérapies plus sûres, moins toxiques et plus spécifiques pour combattre les trypanosomes, responsables de la maladie de Chagas ou encore de la maladie du sommeil.

     

    Rappelons tout d'abord que «les trypanosomes, appelés plus généralement kinetoplastides, sont des parasites unicellulaires responsables d'une variété de maladies plus ou moins graves, mais qui peuvent parfois être létales»: parmi les plus connus, on peut citer Trypanosoma brucei, Trypanosoma cruzi et Leishmania major, qui «causent respectivement la maladie du sommeil, la maladie de Chagas et des Leishmanioses».



    Comme à la différence des bactéries «ces organismes sont des eucaryotes, c'est-à-dire que leurs cellules contiennent un noyau, tout comme les cellules humaines», leurs similarités («même faibles») avec les cellules animales «rendent difficile certaines approches thérapeutiques», car «des antibiotiques ciblant des machineries moléculaires données, comme les ribosomes, pourraient endommager, par la même occasion, nos propres cellules».

     

    Cependant, alors que jusqu'à présent «les chercheurs pensaient que les ribosomes d'eucaryotes (impliqués dans la synthèse des protéines) avaient une structure extrêmement similaire d'une espèce d'eucaryotes à une autre comme par exemple entre humains et trypanosomes, les rendant ainsi inattaquables», les progrès technologiques, qui ont «permis de visualiser les ribosomes des trypanosomes à une résolution quasi atomique», ont fait ressortir «une différence qui pourrait bien devenir une cible thérapeutique».



    Plus précisément, l'étude ici présentée a pu mettre en évidence, dans l'architecture du ribosome de Trypanosoma cruzi, KSRP (kinetoplastid-specific ribosomal protein), une protéine spécifique des ribosomes des trypanosomes, grâce à «la technique de cryomicroscopie électronique (qui permet de visualiser une structure biologique dans son état natif par cryogénisation de l'échantillon) associée à de la spectrométrie de masse (qui permet de déterminer une composition protéique précise en se basant sur la masse de chaque élément).

     

    Soulignons ici qu'en plus «d'être spécifique de ces parasites, KSPR est essentielle à leur survie puisque l'inhibition de son activité conduit à la mort des parasites». Néanmoins, «le rôle exact de KSRP dans la synthèse de protéines reste à élucider».

     

    En tout cas, l'élucidation de la structure de KSRP permet d'envisager la conception de molécules «capables d'interagir avec elle et l'inhiber de manière hautement spécifique, sans interférer avec les cellules de l'hôte», ces molécules devenant alors «une alternative plus sûre et surtout plus spécifique comparée aux traitements actuels extrêmement lourds et toxiques» contre les parasites de la famille des trypanosomes.

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :