• Médecine: une protéine AXL modifiée réduit considérablement le nombre de nodules métastatiques chez des souris atteintes de cancers du sein ou de l’ovaire!____¤201409

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature Chemical Biology, a abouti à la création d'une protéine AXL modifiée qui réduit dans des proportions considérables le nombre de nodules métastatiques chez des souris atteintes de cancers du sein ou de l’ovaire.

     

    La protéine AXL, un récepteur tyrosine kinase présent à la surface des cellules cancéreuses, «peut capter des signaux provenant de protéines appelées GAS6» de sorte que, «lorsque deux protéines GAS6 s’associent à deux protéines AXL», un signal «provoque la migration des cellules cancéreuses d'un organe vers un autre pour y former de nouveaux nodules cancéreux».

     

     

    L'étude ici présentée a mis en œuvre, grâce au génie génétique, une stratégie «pour empêcher l’interaction entre AXL et GAS6» en élaborant «une version inoffensive d’AXL qui s’associe à GAS6 dans le sang et empêche GAS6 de se lier aux protéines AXL 'normales' présentes sur les cellules cancéreuses».

     

    Comme, dans la nature, «les protéines évoluent sur des millions d’années», ce processus a été fortement accéléré in vitro «en utilisant une technologie appelée 'évolution dirigée'»: ainsi, «des millions de séquences d’ADN légèrement différentes, chacune codant pour un des variants de la protéine AXL» ont été créées en vue d'aboutir à la protéine AXL la plus adéquate.

     

    Après avoir sélectionné le variant qui se lie le mieux à GAS6, des modifications ont été apportées afin «que la protéine reste longtemps dans le sang et que son interaction avec GAS6 soit irréversible».

     

     

    L'association des protéines AXL et GAS6, a été visualisée par cristallographie, pour «examiner les changements moléculaires permettant la liaison la plus solide entre les deux protéines».

     

    Injectée dans le sang de souris atteintes de cancers du sein ou de l’ovaire, cette protéine AXL modifiée produit des résultats spectaculaires: en effet, chez les souris ayant un cancer du sein, il y a «78 % de nodules métastatiques en moins par rapport aux souris non traitées», tandis que chez celles ayant un cancer de l'ovaire, le nombre de nodules métastatiques est réduit de 90 %.

     

    Cette avancée laisse espérer une nouvelle approche au traitement du cancer, puisque la protéine qui vient d'être créée est «un leurre pour GAS6, qu'elle empêche d’agir», puisque le signal habituellement émis lors de l'association GAS6 et AXL n'a pas lieu.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :