• Médecine: une relation entre un système de détection des virus, la composition du microbiote intestinal et le développement d'allergies cutanées a été établie chez la souris!____¤201809

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «MAVS deficiency induces gut dysbiotic microbiota conferring a proallergic phenotype» ont été publiés dans la revue PNAS, a permis d'établir chez la souris une relation surprenante entre un système de détection des virus, la composition du microbiote intestinal et le développement d'allergies cutanées.

     

    Rappelons tout d'abord que les micro-organismes présents dans notre tube digestif, qui sont «dix à cent fois plus nombreux que les cellules qui composent notre corps», constituent un écosystème en équilibre pouvant «être modifié par les traitements médicaux ou l'alimentation». Alors que «plusieurs types de données épidémiologiques suggèrent un lien entre des changements de composition de ce microbiote intestinal (ou flore intestinale) et le développement de maladies allergiques, y compris de type eczéma, à distance de l'intestin», l'explication de cette relation doit être élucidé.


    Dans ce contexte, l'étude ici présentée «s'est intéressée à des souris dépourvues du gène MAVS, un acteur central de la détection des virus par le système immunitaire». Il a été alors observé chez ces souris «un microbiote intestinal altéré et une réaction allergique cutanée exacerbée». Pour démontrer le lien entre ces deux observations, le microbiote altéré a été transféré à des souris normales. Comme ces dernières ont «développé une réaction allergique exacerbée», cela démontre «que le transfert de flore en était responsable».

    En outre, il est apparu que «cette modification du microbiote intestinal entraînait une augmentation de la perméabilité de l'intestin, permettant ainsi la migration de certaines bactéries intestinales vers la rate et les ganglions et l'augmentation de la sévérité de la réaction allergique cutanée».

    Cette étude, qui met en lumière «le rôle protecteur inattendu d'une protéine antivirale (MAVS) sur la stabilité de la flore intestinale», ouvre la voie à de nouvelles pistes thérapeutiques «en démontrant l'impact de l'altération du microbiote intestinal sur l'exacerbation de la réponse allergique cutanée»: plus précisément, on peut entreprendre d'explorer la possibilité de traiter l'eczéma, ou d'améliorer les traitements actuels, en agissant sur le microbiote.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :