• Médecine: une stratégie thérapeutique originale contre certains cancers, affectant notamment le poumon ou le colon, a été proposée!____¤202004

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «FKBP10 Regulates Protein Translation to Sustain Lung Cancer Growth» ont été publiés dans la revue Cell Reports, propose une stratégie thérapeutique originale contre certains cancers (affectant notamment le poumon ou le côlon) à la suite du décryptage du rôle de la protéine FKBP10, particulièrement néfaste puisqu'elle renforce l’agressivité des cancers en question en favorisant l’apparition de 'cellules souches cancéreuses' résistantes.

     

    Relevons tout d'abord que «bien souvent, les traitements contre le cancer tuent indifféremment les cellules malades et les cellules saines, déclenchant des effets secondaires parfois dévastateurs» et soulignons aussi que «certains cancers, qui de prime abord semblent être éliminés après une série de traitements, réapparaissent ensuite sous une forme encore plus agressive, un effet qui semble engendré par les cellules souches cancéreuses».

     

    Dans ce contexte, une première étude avait identifié, en 2014, «une protéine particulière, nommée FKBP10, exprimée dans des cellules cancéreuses du poumon humain, mais pas dans les cellules saines» (Toutes les tumeurs n’expriment pas FKBP10, cependant, cette protéine apparaît «dans un bon nombre d’entre elles, en particulier celles affectant les poumons, le côlon ou encore les seins»).

     

    L'expression de cette protéine, qui «semble être importante pour les cellules se divisant rapidement», et qui «doit donc être exprimée lors du développement embryonnaire et dans les premiers stades de la vie, lorsque l’organisme en devenir doit se construire», est «ensuite fortement réduite (voire complètement arrêtée) à l’âge adulte, mais peut être réactivée de manière sélective dans les cellules tumorales».

     

    Comme, en outre, la présence de FKBP10 semble diminuer les chances de survie du patient, l'étude ici présentée a cherché à éclairer «le rôle déterminant de la protéine FKBP10 dans la progression du cancer» en l'analysant sur un modèle murin du cancer du poumon.

     

    Il est ainsi apparu que l'inhibition de l’expression de la protéine FKPB10 chez certaines de ces «souris, en particulier après l’apparition de la tumeur, a mené à la quasi disparition du cancer». Cette observation, qui confirme les résultats «obtenus sur des cellules tumorales humaines», montre que «le processus peut être inversé après l’apparition du cancer».

     

    D'autre part, le fait que «FKBP10 semble également impliquée dans le risque élevé de rechute: quelques mois ou quelques années après un premier traitement apparemment efficace, la tumeur peut en effet revenir de manière très agressive», il apparaît que «cette résistance provient de cellules dites 'cellules souches cancéreuses' au profil bien particulier».

     

    Concrètement, alors que «la plupart des traitements visent la destruction des cellules à division rapide, comme le sont la majorité des cellules tumorales», les cellules souches cancéreuses y échappent «car elles ont la particularité de ne pas se diviser rapidement». Comme, «elles seraient même sélectionnées et enrichies par les chimiothérapies», elles «deviennent capables de proliférer et induisent alors le retour de la maladie sous une forme encore plus agressive».

     

    Dans ce cadre, FKBP10 semble importante «pour la synthèse des protéines, et particulièrement pour l’action d’un acide aminé, la proline». Ainsi, l'inhibition de FKBP10, dans cette étude, a «non seulement arrêté la prolifération des cellules tumorales, mais aussi empêché la formation des cellules souches cancéreuses».

     

    Cela s'explique par le fait que «pour pouvoir assumer leur fonction dans la mécanique cellulaire, les protéines doivent se replier correctement après leur synthétisation», un phénomène «lié à la façon dont les acides aminés sont disposés»: la proline, en particulier, «peut adopter différentes configurations et permettre ou non aux protéines» auxquelles cet acide aminé est incorporé «de se replier et de fonctionner correctement» et «dans ce mécanisme, FKBP10 modifie l’isomérisation de la proline (soit la manière dont elle se configure) rendant son incorporation dans les protéines plus efficace».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :