• Neurologie: chez la souris, lorsqu'on transplante des cellules progénitrices dans un embryon jeune, elles rajeunissent et récupèrent leurs compétences passées!____¤201909

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Temporal plasticity of apical progenitors in the developing mouse neocortex» ont été publiés dans la revue Nature, a permis d'établir que, lorsque chez la souris on transplante des cellules progénitrices dans un embryon jeune, elles rajeunissent et récupèrent leurs compétences passées. Ces observations modifient en profondeur notre compréhension de la construction cérébrale en révélant une plasticité cellulaire insoupçonnée.

     

    Relevons tout d'abord que le cortex cérébral, d'où «naît notre compréhension du monde et notre capacité à interagir avec lui», se construit au cours de la phase embryonnaire: alors, «des dizaines de types de neurones aux fonctions distinctes s’assemblent pour former les circuits». Ces neurones sont produits l’un après l’autre à partir de cellules souches progénitrices «dans un ordre très précis».

     

    Ainsi, «chez la souris, à chaque jour embryonnaire, les cellules progénitrices fabriquent un type de neurones bien précis avant de passer à un autre type cellulaire le jour suivant». Il avait été montré dans les années 90 «que cette progression allait de pair avec une restriction des compétences, comme si, au fur et à mesure, les cellules progénitrices oubliaient comment produire le type neuronal précédent».

     

    Dans le prolongement d'une étude publiée en mai dernier, qui a dévoilé «les schémas temporels régissant la progression de la compétence des progéniteurs donnant naissance aux différents types des neurones qui constituent les réseaux corticaux», l'étude ici présentée s'est focalisée «sur la potentielle plasticité de ces cellules souches progénitrices».

     

    Concrètement, chez la souris «des progéniteurs provenant d’embryons âgés dans des embryons plus jeunes» ont été transplantés comme «l’avaient fait les neuroscientifiques des années 90». mais «avec des résultats opposés», montrant «que certains progéniteurs pouvaient rajeunir dans le nouvel environnement»: grâce à «des techniques plus précises», des progéniteurs «agissant comme de véritables cellules souches» ont pu être identifiés.

     

    Ces progéniteurs, une fois dans leur nouvel environnement, «rajeunissent pour devenir identiques aux progéniteurs non transplantés» de sorte que «l'environnement dans lequel se trouve la cellule agit donc comme une véritable cure de jouvence».

     

    De plus, «le mécanisme moléculaire responsable de ce rajeunissement cellulaire» a été identifié: il fait intervenir la protéine Wnt. Si «on savait que Wnt contribuait à maintenir les cellules souches dans un état indifférencié», ici, elle semble en mesure «de faire un pas de plus en reversant le processus de différenciation cellulaire».

     

    Ensuite, la tentative «d’accélérer le processus de vieillissement en transplantant des progéniteurs jeunes dans un environnement plus âgé» a échoué. Autrement dit, ces observations «démontrent l’exact opposé de ce que la communauté scientifique tenait pour acquis, soit que le rajeunissement des progéniteurs était impossible, mais que mais leur vieillissement accéléré l’était».

     

    De ce fait, la notion de progression des compétences allant de pair avec une restriction de celles-ci, si ancrée en neurosciences, apparaît aujourd’hui comme fausse». Néanmoins, cette «capacité de régénération ne semble pas concerner tous les progéniteurs» pour une raison encore mystérieuse.

     

    L'enjeu maintenant est d'utiliser ce phénomène «à des fins de régénération» alors que les adultes ne conservent «que très peu de progéniteurs». Comme à «la fin du processus de différenciation, les progéniteurs deviennent des astrocytes, un type cellulaire que l’on conserve à tous les âges de la vie», la question se pose de savoir s'il est possible «de retransformer les astrocytes en cellules progénitrices afin de produire un type précis de neurones qui auraient disparu suite à un accident ou à une maladie».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :