• Neurologie: des processus cérébraux, survenant lors d'un arrêt complet de l’oxygénation chez le rongeur et lors d'une ré-oxygénation efficace du cerveau, ont été analysés!____¤201912

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Identifying neuronal correlates of dying and resuscitation in a model of reversible brain anoxia» ont été publiés dans la revue Progress in Neurobiology, a permis d'analyser à l'aide de l’électroencéphalogramme (EEG), dans un contexte de mort imminente, des processus cérébraux survenant lors d'un arrêt complet de l’oxygénation cérébrale chez le rongeur et lors d'une ré-oxygénation efficace du cerveau.

     

    Relevons tout d'abord que, malgré de nombreuses données «obtenues sur les dysfonctionnements cellulaires et moléculaires engendrés par l'anoxie cérébrale (cause ultime de la mort) les modifications neuronales continues qui accompagnent les processus de mort et de réanimation» restent, jusqu'ici, largement inconnues. L'étude ici présentée a été entreprise pour combler cette lacune physiologique.

     

    Concrètement, «un nouveau modèle expérimental permettant de mesurer, chez le rongeur anesthésié, les changements continus survenant simultanément dans l’électroencéphalogramme (EEG) et dans les neurones individuels du cortex cérébral au cours d’une anoxie cérébrale prolongée et lors d’une procédure de réanimation» a été mis au point.

     

    Il est ainsi apparu que «l'anoxie cérébrale induit rapidement une bouffée d’activité à haute-fréquence dans l’EEG et les neurones sous-jacents, laquelle pourrait correspondre aux 'expériences de mort imminente' chez les survivants d’arrêt cardio-respiratoire». Cette activité «est suivie par un ralentissement des activités électriques cérébrales, de l’EEG aux neurones, jusqu’à l’établissement d’un EEG et d’un potentiel cellulaire plat».

     

    De plus, «cet état 'isoélectrique' est transitoirement interrompu par une large dépolarisation dans les neurones générant une onde cérébrale de grande amplitude dénommée 'Onde de la mort'», dont l’origine neuronale est décrite dans cette étude pour la première fois: cette onde est, en fait, «associée à une pupille dilatée et fixe, signe d’une transition vers un état de mort cérébrale».

     

    Ensuite, «une ré-oxygénation, dans une fenêtre temporelle adéquate, peut conduire à une repolarisation des neurones, laquelle est associée à la survenue d’une autre onde cérébrale, jamais décrite auparavant», que l'étude dénomme 'Onde de la réanimation'». Elle précède «une lente récupération des activités EEG du cortex cérébral, de l’excitabilité des neurones, des activités synaptiques et des fonctions du tronc cérébral». Il en résulte que cette 'Onde de la réanimation' pourrait «constituer un marqueur en temps réel d'une récupération des fonctions cérébrales lors d’une réanimation réussie».

     

    Au bout du compte, «cette étude ouvre de nouvelles perspectives pour une évaluation neuronale en temps réel des processus cérébraux survenant lors d'un arrêt cardio-respiratoire, au cours d'une réanimation réussie et lors des expériences de mort imminente».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :