• Neurologie: deux gènes, COSMOC et MOCOS, semblent jouer un rôle critique dans la physiopathologie des Troubles du Spectre autistique!____¤202005

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Impaired expression of the COSMOC/MOCOS gene unit in ASD patient stem cells» ont été publiés dans la revue Molecular Psychiatry, a permis, en analysant les cellules souches olfactives de patients autistes, de découvrir que deux gènes COSMOC/MOCOS, codant l’un pour un ARN long non-codant et l’autre pour une enzyme, interviennent dans le métabolisme énergétique, le développement du système nerveux et jouent ainsi un rôle critique dans la physiopathologie des Troubles du Spectre autistique (TSA).

     

    Relevons tout d'abord que les Troubles du Spectre autistique «sont des troubles neuro-développementaux complexes dont l’origine est souvent inconnue en raison du caractère hétérogène de cette pathologie et de la complexité de son hérédité». Comme «ces troubles, qui affectent environ 1 enfant sur 160 dans le monde, n’ont pu être associés à des mutations du génome que dans de très rares cas», il semblait «urgent d'en définir les mécanismes moléculaires pour permettre une meilleure approche clinique de la maladie, le développement de méthodes de détection et de diagnostic et une meilleure prise en charge thérapeutique».

     

    L'étude ici présentée est partie du postulat «que les progrès vers la compréhension des mécanismes moléculaires sous-jacents à ces troubles pourraient dépendre de l'observation de cellules particulières comme les cellules souches olfactives permettant d’analyser les perturbations critiques qui peuvent se produire pendant la grossesse et la petite enfance». Dans ce cadre, une recherche précédente, «en comparant les cellules souches de patients autistes à celles de témoins appariés» avait déjà permis d'identifier «MOCOS comme un nouveau gène associé à l’autisme».

     

    Pour sa part, cette étude montre «qu'une transcription en amont du gène MOCOS génère un ARN long non codant d'orientation inverse, COSMOC» dont la forte sous-expression «chez tous les patients autistes de la cohorte, à l’exception d’un patient atteint du syndrome Asperger» indique «qu’il existe une relation étroite entre la paire de gènes COSMOC/MOCOS, les troubles métaboliques et l'autisme».

     

    Des analyses «impliquant l’extinction de ces gènes dans les cellules souches olfactives et les cellules pluripotentes induites» montrent aussi «que la perte de COSMOC réduit l'expression de MOCOS et déstabilise les métabolismes lipidiques et énergétiques des cellules». En outre, «la maturation des cellules en neurones matures et fonctionnels est perturbée car les gènes responsables de la transmission des informations au niveau des synapses sont incorrectement maturés».

     

    Au bout du compte, l'ensemble COSMOC/MOCOS semble «jouer un rôle important dans la modulation des facteurs de risque métabolique des TSA (tels que la biosynthèse du cholestérol ou de la vitamine D) en intervenant dans les voies de signalisation partagées par la plupart des gènes autistes-candidats préalablement décrits».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :