• Neurologie: le cerveau supprime des informations du monde extérieur, comme les bruits d’une conversation, pendant la phase de sommeil paradoxal liée aux rêves! ____¤202005

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Sleepers Selectively Suppress Informative Inputs during Rapid Eye Movements» ont été publiés dans la revue Current Biology, a permis de montrer que le cerveau supprime des informations du monde extérieur, comme les bruits d’une conversation, pendant la phase de sommeil paradoxal liée aux rêves, une aptitude qui pourrait être l’un des mécanismes protecteurs des rêves.

     

    La démonstration a été faite en faisant appel, pour cette expérience, à 18 participants, qui ont été invités «à faire une grasse matinée au Centre du sommeil et de la vigilance de l’Hôtel-Dieu», car le sommeil du matin est riche en rêves».

     

    Rappelons ici que «les rêves se produisent majoritairement au cours du sommeil dit paradoxal, car le cerveau est en quelque sorte réveillé pendant cette phase de sommeil et montre une activité cérébrale similaire à l’éveil» alors que le corps est presque entièrement paralysé, puisque «pendant certaines phases du sommeil paradoxal» seuls «les yeux continuent à bouger». Des travaux ont ainsi «montré que ces mouvements oculaires étaient liés à l’occurrence de rêves».

     

    Pour analyser «comment le cerveau rêveur interagit avec les sons extérieurs, les scientifiques ont fait écouter aux dormeurs volontaires des histoires en français mélangées avec une langue dénuée de sens». Il a été d'abord confirmé «en combinant l’électroencéphalogramme à une technique de machine learning» que «le cerveau, même endormi, continue à enregistrer ce qui se passe autour de lui».

     

    Il est aussi apparu «que, au cours du sommeil léger, le cerveau privilégie comme lors de l’éveil la parole qui a du sens». Cependant, celle-ci «est au contraire activement filtrée dans les phases de mouvements des yeux lors du sommeil paradoxal», de sorte que «notre cerveau dormant peut sélectionner les informations du monde extérieur et les amplifier ou les supprimer de manière flexible selon qu’il est plongé ou non dans un rêve».

     

    Au bout du compte, cette étude suggère que «ce mécanisme permet au cerveau de protéger la phase de rêve, nécessaire à l’équilibre émotionnel et à la consolidation des apprentissages de la journée». Il reste désormais à savoir si les rêves, qui «sont prépondérants pendant les périodes de mouvements oculaires», mais «peuvent aussi survenir durant d’autres phases du sommeil» sont dans ce dernier cas encore «accompagnés de la même suppression des sensations du monde extérieur».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :