• Neurologie: le rôle crucial des astrocytes dans la fermeture de la période de plasticité cérébrale, qui suit la naissance, a été révélé! ____¤202107

     

    Une étude, dont les résultats intitulés " Astrocytes close the mouse critical period for visual plasticity " sont publiés dans la revue Science, a permis de révéler le rôle crucial des astrocytes dans la fermeture de la période de plasticité cérébrale qui suit la naissance. A plus long terme, elle conduit à envisager de nouvelles stratégies pour réintroduire la plasticité cérébrale chez l’adulte, et ainsi favoriser la rééducation après des lésions cérébrales ou des troubles neuro-développementaux.

     

    Relevons tout d'abord que les astrocytes, qui sont des cellules du cerveau longtemps considérées comme de simples cellules de soutien des neurones", apparaissent, depuis quelques années, particulièrement importantes pour le fonctionnement du cerveau. Ainsi, "des études p ionnières des années 1980 ont montré que greffer des astrocytes immatures dans le cerveau d’animaux adultes permettait d’induire à nouveau une période de grande plasticité". Cette étude s’est inspirée de ce procédé pour révéler le processus cellulaire, jusqu’ici inconnu, à l'origine de la fermeture de la période de plasticité.

     

     A travers des expériences menées en s’intéressant au cortex visuel de la souris, elle montre "que la présence des astrocytes immatures est la clé pour la plasticité cérébrale". Ensuite, les astrocytes orchestrent plus tard dans le développement "la maturation d’interneurones pendant la période de plasticité, ce qui aboutit in fine à sa fermeture", un processus de maturation, qui "a lieu via un mécanisme inédit impliquant l’action de la Connexine 30, une protéine que les chercheurs ont retrouvée en forte concentration dans les astrocytes matures durant la période de fermeture".
     
    Afin de savoir si le fait de greffer des astrocytes à des souris adultes pourrait permettre de réintroduire une plasticité cérébrale, "des astrocytes immatures issues du cortex visuel de jeunes souris (qui avaient entre 1 et 3 jours) ont été mis en culture, puis greffé dans le cortex visuel primaire de souris adultes: "il s’agissait alors d’évaluer l’activité du cortex visuel après quatre jours d'’occlusion monoculaire, une technique classique pour évaluer la plasticité cérébrale.
     
    Il est alors apparu que "la souris greffée avec des astrocytes immatures présentait un haut niveau de plasticité, contrairement à la souris non greffée".
     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :