• Neurologie: les nouveaux neurones, qui, chez certains mammifères, s’intègrent dans le système olfactif adulte, préservent une flexibilité pour la formation de nouvelles mémoires! ____¤201912

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Short-term availability of adult-born neurons for memory encoding» ont été publiés dans la revue Nature Communications, a permis de montrer que les nouveaux neurones, qui, chez un certain nombre de mammifères, naissent et s’intègrent dans le système olfactif adulte pour ajuster leur mémoire aux changement de leur environnement olfactif, pouvaient assurer la stabilité de la mémoire olfactive déjà acquise mais aussi préserver une flexibilité pour la formation de nouvelles mémoires.

     

    Relevons tout d'abord que «le phénomène de neurogenèse adulte présent chez un certain nombre de mammifères fournit un apport permanent de nouveaux neurones à certaines régions du cerveau et plus particulièrement au système olfactif».

     

    Jusqu'ici, «on savait que ces nouveaux neurones étaient impliqués dans la formation et le maintien de la mémoire olfactive», mais il restait «à déterminer comment ce renouvellement continu de nouveaux neurones pouvait d’une part assurer la stabilité de la mémoire déjà acquise et d’autre part préserver une flexibilité pour la formation de nouvelles mémoires».

     

    Dans l'étude ici présentée, il apparaît, sur un modèle murin, «que, lorsque le délai entre deux apprentissages olfactifs est court, les nouveaux neurones qui permettent le premier apprentissage sont très sensibles aux interférences et, de ce fait, sont appelés à mourir lors du deuxième apprentissage, ce qui conduit à l’oubli de cette première mémoire».

     

    Il a alors pu être montré, en utilisant «la technique d’optogénétique qui permet, grâce à la lumière, de moduler sélectivement l’activité des neurones ciblés» que «si l’activité de ces nouveaux neurones est bloquée, la mémoire du premier apprentissage est affectée sans avoir de conséquence sur celle formée lors du deuxième».

     

    Cette observation «suggère que ces nouveaux neurones ne pourraient servir de support qu’à un seul souvenir olfactif». Cependant, «lorsque l’information mémorisée reste utile à l’animal, au-delà de la phase d’apprentissage, les nouveaux neurones survivent et la mémoire est conservée».

     

    De plus, «lorsqu’un délai plus long est permis entre les deux apprentissages, une résilience accrue des nouveaux neurones aux interférences est observée et les mémoires acquises successivement sont conservées».

     

    En fin de compte, les nouveaux neurones réguleraient donc, «le caractère transitoire ou persistant d’une mémoire en fonction du délai entre deux apprentissages et de la pertinence des informations apprises».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :