• Neurologie: les zones du cerveau où sont combinés les stimuli sensoriels différents, qui permettent de percevoir des événements biologiquement saillants, ont été identifiées!____¤201905

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Causal Inference in the Multisensory Brain» ont été publiés dans la revue Neuron, montre dans quelles zones du cerveau les stimuli sensoriels très différents qui permettent de percevoir des événements biologiquement saillants, que le cerveau ne relie que si cela est utile et nécessaire, sont combinés. Elle met, en particulier, en évidence où est prise en charge cette flexibilité.

     

    Concrètement, «pour comprendre où sont intégrés et traités de manière flexible» des stimuli sensoriels disparates tels «les lumières et les klaxons d'une voiture par une journée brumeuse, la parade nuptiale d'un oiseau jardinier», l'étude ici présentée a testé trois modèles possibles: «dans le premier modèle, les différents stimuli sensoriels sont traités séparément» alors que «le second modèle, au contraire, ils sont automatiquement combinés», tandis que «dans le troisième modèle d' 'inférence causale', différents stimuli sensoriels sont combinés uniquement s'ils ont une source commune, comme lorsque vous entendez un son et une image ensemble au cinéma, mais pas lorsque le film est mal doublé».

     

    Ces modèles ont été testés en présentant «aux participants des lumières et des sons dont l'intensité peut fluctuer tantôt à la même vitesse, tantôt à des vitesses différentes» et en enregistrant simultanément «comment l'activité de différentes parties de leur cerveau a évolué dans le temps en utilisant la magnétoencéphalographie (MEG)».

     

    Au bout du compte, il est apparu «que la combinaison de stimuli sensoriels implique l'activité concertée de zones distinctes du cerveau pendant la très courte période pendant laquelle les participants ressentent les lumières et les sons et décident à quelle vitesse ils fluctuent». Plus précisément, «peu de temps après qu'ils ont été émis, les lumières et les sons sont séparés dans le cortex visuel et auditif», puis ces représentations séparées sont «rapidement combinées automatiquement dans le lobe pariétal, une région située dans la partie supérieure du cerveau».

     

    Ce n'est qu'après cela «que le cerveau combine les stimuli sensoriels de manière flexible en filtrant, si nécessaire, les informations non pertinentes». Cette souplesse de perception est située «dans les régions du lobe frontal responsables de processus de pensée plus abstraits comme le raisonnement et le jugement de causalité».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :