• Paléontologie: des poissons cuirassés copulaient il y a 385 millions d'années, alors que des mâles d'autres espèces dispersaient dans l'eau leur sperme!____¤201410

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Copulation in antiarch placoderms and the origin of gnathostome internal fertilization» ont été publiés dans la revue Nature, a permis de mettre en évidence que des poissons cuirassés de l'espèce Microbrachius dicki copulaient il y a 385 millions d'années, alors que des mâles d'autres espèces dispersaient dans l'eau leur sperme.

     

    Cette espèce, qui appartient à l'ordre des Antiarchi, le plus vieux de la classe des placodermes (poissons au corps recouvert de plaques), est ainsi, à ce jour, «la plus ancienne à avoir utilisé la fertilisation interne (plus efficace ) pour se reproduire».

     

    Dotés d'une mâchoire, les placodermes, qui «ont peuplé les mers, les rivières et les lacs pendant quelque 70 millions d'années avant de disparaître il y a environ 360 millions d'années», sont considérées «comme les premiers vertébrés ancêtres des humains».



    Plus spécifiquement, il est apparu que, «dans l'espèce Microbrachius dicki, qui mesure 8 centimètres de long», le mâle avait «un appendice osseux (ptérygopode) en forme de L qui lui permettait de transférer son sperme à l'intérieur de la femelle» tandis que «celle-ci était pourvue d'une paire de petites plaques permettant de maintenir l'organe mâle en place pendant l'accouplement».

     

    Microbrachius, dont le nom signifie 'petits bras', est un fossile connu depuis longtemps, qui «vivait notamment dans des lacs en Écosse mais aussi en Estonie et en Chine», mais, jusqu'à présent, on s'interrogeait sur l'utilité de «cette paire de bras osseux».

     

    La conclusion de l'étude ici présentée résout le problème: pendant la copulation, «le couple de Microbrachius se tenait par les 'bras'», ce qui permettait au mâle «de positionner son appendice dans la région génitale de la femelle».

     

    Comme «le couple de poissons s'accouplait probablement de côté», avec ses bras joints, il devait avoir l'air «d'esquisser un pas de 'Square danse' plutôt que de copuler».

     

    Ainsi, ce travail, qui place «l'origine de la fertilisation interne au début de l'évolution des vertébrés» alors que, «jusqu'à présent, on pensait qu'elle était arrivée plus tard», aboutit d'une certaine façon à faire de l'appendice sexuel du Microbrachius l'ancêtre du pénis.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :