• Paléontologie: grâce à deux squelettes quasi-complets retrouvés en Mongolie, un énigmatique dinosaure autruche, de la taille d'un autobus, a été reconstitué!____¤201410


    Une étude, dont les résultats intitulés «Resolving the long-standing enigmas of a giant ornithomimosaur Deinocheirus mirificus» ont été publiés dans la revue Nature, a permis de reconstituer, grâce à deux squelettes quasi-complets retrouvés en Mongolie, un énigmatique dinosaure de la taille d'un autobus.
      
    Jusqu'à présent, seuls étaient connus de cet animal (qui présente une ressemblance superficielle avec les autruches modernes) deux bras gigantesques aux griffes redoutables, quelques côtes et des os de l'épaule découverts en 1965, de sorte que, depuis 50 ans, son profil était resté mystérieux.

    Aujourd'hui, la situation a complètement changé avec «la découverte de nouveaux fossiles, y compris un crâne volé récupéré cette année auprès d'un collectionneur privé» ce qui a permis à l'étude ici présentée de brosser un portrait du plus grand membre répertorié de la famille des Ornithomimidés, ou 'dinosaures autruches'.

    «Mesurant 11 mètres et pesant plus de six tonnes», Deinocheirus mirificus, «affublé d'une bosse sur le dos», était un animal lent et gentil, essentiellement herbivore, «qui vivait il y a 70 millions d'années dans un paysage luxuriant de rivières, à la place de ce qui est aujourd'hui le désert de Gobi, en Mongolie».

    Il se nourrissait «principalement de plantes herbacées et de petits poissons», grâce à «sa bouche en forme de bec de canard», qui «lui permettait de fouiller à la recherche de végétaux tendres, sur terre et dans les eaux peu profondes»: en effet, «les os de ses pieds, larges et aplatis», l'auraient empêché de s'embourber. Dépourvu de dents, il avait, de plus, «besoin d'avaler des cailloux pour broyer son dîner».

    Selon cette étude, ses bras respectables de 2,4 mètres de long devaient lui servir à «creuser et récolter des végétaux», mais «il n'utilisait pas ses griffes de 25 cm de long pour déchiqueter ses proies, comme certains ont pu l'avancer, ni même pour grimper aux arbres, comme suggéré par d'autres».
     
    Alors que la plupart des autres Ornithomimidés étaient «bâtis pour la course, avec un corps élancé et de longues pattes postérieures», Deinocheirus mirificus était plutôt lourdaud avec ses «pattes postérieures relativement courtes». Cependant, pour échapper aux prédateurs, il pouvait utiliser «ses griffes comme possibles armes défensives» ce qui lui laissait le temps de devenir un géant...

      


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :