• Paléontologie: l'identification de la bouche d'Hallucigenia montre qu'elle est très semblable à celle trouvée dans d'autres groupes, tels que les nématodes et les kinorhynches!____¤201506

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Hallucigenia’s head and the pharyngeal armature of early ecdysozoans» ont été publiés dans la revue Nature, a abouti à enfin identifier la tête d’Hallucigenia, et également à découvrir d'autres particularités de ce ver surprenant.

     

    Rappelons tout d'abord que les Hallucigenia, qui étaient des vers mesurant «entre 10 et 50 mm de long», vivaient au fond des océans  il y a environ 505 à 510 millions d'années «durant l'explosion cambrienne, une période qui a vu éclore la plupart des grands groupes d'animaux modernes».

     

    L'étude ici présentée, réalisée dans le prolongement d'un travail précédent, a fait l'analyse de 165 spécimens, appartenant aux «collections du Musée royal de l'Ontario et de l’institut Smithsonian», qui «proviennent notamment des schistes de Burgess dans les Rocheuses canadiennes, l'un des plus riches gisements de fossiles du Cambrien dans le monde».

     

    Les images des fossiles, obtenues au moyen de la microscopie électronique, ont alors permis de distinguer «une tête allongée avec une paire d'yeux simples situés au-dessus d’une bouche entourée d’un anneau de dents».

     

    Ces dents devaient sans doute servir à aspirer la nourriture «en créant un effet de soupape», tandis qu'une seconde série de dents, en forme d’aiguille, qui «a été retrouvée en avant de l’intestin antérieur», devait agir «comme un cliquet pour maintenir la nourriture à l’intérieur quand Hallucigenia ouvrait la bouche pour une nouvelle aspiration».

     

    Il découle de ce travail que la bouche d'Hallucigenia apparaît «très semblable à celle trouvée dans d'autres groupes, tels que les nématodes et les kinorhynches (des vers vivant dans les sédiments)», affichant également «des similitudes avec celle de l’ancêtre commun des arthropodes».

     

    Comme «l'analyse moléculaire avait déjà conduit à regrouper les arthropodes, les vers nématodes et d’autres animaux comme l’Hallucigenia au sein du clade des Ecdysozoaires, des organismes dont le développement s’effectue par une série de mues», ces observations «fournissent la première preuve morphologique que ce regroupement est adéquat».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :