• Paléontologie: la découverte d'un arthropode fossilisé dans des schistes du Burgess va aider à mieux comprendre l'émergence des mandibulés!____¤201704

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Burgess Shale fossils illustrate the origin of the mandibulate body plan» ont été publiés dans la revue Nature, a permis de décrire un arthropode fossilisé qui fait partie du groupe à la base de l'évolution de tous les mandibulés.

     

    Rappelons tout d'abord qu'au Cambrien («il y a environ 542 millions d'années»), «l'évolution des animaux semble s'accélérer brutalement, avec l'apparition soudaine d'animaux complexes aux restes minéralisés» et la disparition, comme le laissent penser les archives géologiques actuelles, de «la faune des édiacariens, paisibles flitreurs de plancton ou brouteurs de films bactériens».

     

    C'est au moment de cette 'explosion cambrienne' «que les plans d'organisation des animaux d'aujourd'hui se mettent en place»: plus précisément, dans cette période, «apparaissent le squelette externe avec pattes articulées, les yeux pédonculés, les coquilles et la 'chorde' (longeron dorsal qui, plus tard, se complètera chez l'embryon par une colonne vertébrale)».

     

    Pour sa part, l'étude ici présentée décrit un arthropode fossilisé extrait des schistes de Marble Canyon (des schistes du Burgess) situés dans le parc national de Kootenay (Colombie-Britannique), qui va aider à «mieux comprendre comment se sont installés sur l'arbre de la vie les mandibulés, ou mandibulates», des animaux dotés de mandibules, «pinces coupantes voisinant la bouche».

     

    Le groupe des mandibulés, «l'un des plus abondants et des plus diversifiés sur Terre» comporte des millions d'espèces, puisqu'il «comprend les hexapodes (dont les insectes), les crustacés et les myriapodes (mille-pattes)». Il fait lui-même partie d'une plus vaste famille: «les arthropodes, avec leur cuticule et leurs pattes articulées» («aujourd'hui, quand un arthropode n'est pas mandibulé, c'est un chélicérate, c'est-à-dire un scorpion ou une araignée, lesquels ont eux aussi une arme redoutable : les chélicères»).

     

    L'arthropode fossilisé décrit ici a été baptisée Tokummia katalepsis, car il «a été retrouvé près du ruisseau Tokumm Creek, qui traverse le Marble Canyon, et parce que le grec katalepsis signifie 'saisir' ». Cet animal doté de mandibules, devait être, un grand prédateur des fonds marins du Cambrien: en effet, «long de plus de 10 cm», du fait de «son anatomie pataude», il devait, «il y a 508 millions d'années», n'être qu'un «nageur occasionnel vivant sur le fond, un peu comme nos homards et crevettes».

     

    Le corps de Tokummia katalepsis était constitué de «plusieurs segments rappelant celui des mille-pattes». En ce qui concerne les «pinces de grandes tailles, à l'extrémité de deux appendices antérieurs», elles apparaissent,  «trop fragiles pour être utiles à autre chose que se saisir de proies dépourvues de coquilles ou d'exosquelettes». Mais, en fin de compte, l'essentiel, c'est que cet arthropode fait partie du «groupe à la base de l'évolution de tous les mandibulés».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :