• Paléontologie: la forte augmentation des températures du Permien terminal pourrait expliquer la survenue de l'extinction de masse la plus meurtrière de l'histoire de la terre!____¤201511

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Global climate perturbations during the Permo-Triassic mass extinctions recorded by continental tetrapods from South Africa» ont été publiés dans la revue Gondwana Research, a permis de montrer que la région qui correspond à l’Afrique du Sud d'aujourd'hui a subi une très forte augmentation de la température à l'époque située à la limite Permo-Trias, il y a 252 millions d’années, où s'est déroulée l’extinction de masse la plus meurtrière ayant eu lieu sur Terre («disparition d’au moins 80% de genres marins et 70% de familles de tétrapodes terrestres en seulement quelques centaines de milliers d’années»).

     

    Plusieurs hypothèses ont été avancées concernant la cause «de cette extinction de masse rapide»: si «pour nombre de spécialistes elle aurait été provoquée par des événements concomitants comme un important volcanisme (les trappes de Sibérie), la libération de méthane par la fonte du permafrost ou encore la déstabilisation des clathrates marins», cette extinction globale aurait également pu être provoquée «par une dégradation progressive de l’environnement terrestre plutôt que par des événements instantanés à l’échelle des temps géologiques».


    Alors que, jusqu'à présent, «de nombreuses études ont abordé les perturbations environnementales en milieu océanique», l'étude ici présentée a voulu aborder ce sujet en se focalisant sur le milieu continental en partant de la faune sud-africaine du Permo-Trias. Ainsi, «des dents et os de thérapsides (reptiles mammaliens), amphibiens, parareptiles et archosauriformes (ancêtres des crocodiles) provenant de différents gisements ont été analysés afin de déterminer leur composition isotopique de l’oxygène (18O/16O)».

     

    Du fait que «la température moyenne de l'air local détermine la quantité relative des isotopes de l'oxygène contenus dans l'eau de pluie bue par les animaux» et que «ces compositions isotopiques sont enregistrées au sein des os et des dents de l'animal lors de leur croissance et sont le plus souvent préservées lors de la fossilisation», l'étude a pu «reconstituer les températures moyennes de l’air du milieu de vie des tétrapodes sud-africains autour de la limite Permo-Trias».


    Il est alors apparu «que les températures moyennes du Permien terminal ont fortement augmenté (16±10°C) sur une période de temps ne dépassant pas le demi-million d’années» de sorte que «cette rapide augmentation globale des températures moyennes annuelles atmosphériques a fortement modifié les différents environnements de vie», ce qui pourrait «expliquer la disparition de nombreuses espèces marines et terrestres».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :