• Paléontologie: la phylogénie et l’évolution des marsupiaux ont pu être retracées, grâce à l'analyse du crâne d'un marsupial datant du Crétacé!____¤201612

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A large carnivorous mammal from the Late Cretaceous and the North American origin of marsupials» ont été publiés dans la revue Nature Communications, a permis de retracer la phylogénie et l’évolution des marsupiaux, à partir de l'analyse du crâne d'un marsupial datant du Crétacé qui posséderait la plus forte morsure jamais enregistrée chez les mammifères modernes.

     

    Le mammifère en question, «de la taille d’un opossum», pouvait faire «jusqu’à 5 kg»: dénommé, Didelphodon vorax, il est «le plus grand métathérien (infra-classe qui regroupe notamment les marsupiaux) de cette période».

     

    Si «plusieurs morceaux de mâchoires de cette espèce avaient déjà été trouvés auparavant», c’est la première fois «qu’un crâne entier est découvert, en Amérique du Nord. Il a été examiné dans le cadre de l'étude ici présentée, de même qu’un museau et «deux morceaux de l’os maxillaire», datés «entre 69 et 66 millions d’années».

     

    Après avoir été scannée, la mâchoire de ce petit fossile a été «comparée à celle des mammifères modernes. Il est ainsi apparu que «la force de pression des canines de D. vorax» est «plus grande que celle des canidés existants de nos jours et semblable à celle des félidés modernes comme les hyènes».

     

    Les marques retrouvées sur les dents de cette mâchoire très mobile «montrent que cet animal était soit un charognard, soit un chasseur». C'est, en fin de compte l'hypothèse «d'un prédateur omnivore» qui a été retenue: ainsi, Didelphodon vorax devait se nourrir «aussi bien de plantes, de mollusques, d’insectes que de vertébrés, et pouvait sans doute même attaquer de petits dinosaures».

     

    Grâce à ces nouveaux fossiles, qui ont été «combinés à 60 autres appartenant à d’autres lignées de marsupialiformes», cinq lignées de mammifères marsupialiformes ont pu être déterminées: «les glasbiidae, les pediomyidae, les stagodontidae, les alphadontidae et les marsupiaux».

     

    Ces lignées ancestrales auraient «divergé au cours de l’évolution il y a 100 millions d’années, en Amérique du Nord, avant de succomber pour la plupart à la fameuse grande extinction du Crétacé qui décima les dinosaures il y a 65 millions d’années». Ensuite, «les marsupiaux se sont déplacés vers l’Amérique du Sud et se sont diversifiés, affichant enfin les caractéristiques des marsupiaux modernes».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :