• Paléontologie: les déséquilibres produits par les extinctions du Permien moyen et du Permien-Trias sont à la source de la répartition actuelle des espèces de poissons!____¤201501

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Permian–Triassic Osteichthyes (bony fishes): diversity dynamics and body size evolution» ont été publiés dans la revue Biological Reviews, a permis de mettre en évidence que les déséquilibres produits par les extinctions du Permien moyen et du Permien-Trias ont contribué à l'explosion du nombre d'espèces de poissons osseux au détriment de celui des poissons cartilagineux.

     

    Si les poissons osseux (les Osteichthyes), «avec quelques 30.000 espèces répertoriées», sont largement majoritaires dans les mers et océans actuels, tandis que «les poissons cartilagineux (les Chondrichthyes) ne représentent que 1100 espèces dont les requins, les raies ou les chimères», il y a 300 millions d'années, au Permien, c'était les poissons cartilagineux qui étaient largement plus représentés.

     

    Pour cette raison, en vue «d'évaluer la biodiversité des deux groupes de poissons entre il y a 300 millions d'années et il y a 200 millions d'années», l'étude ici présentée «a épluché durant cinq ans la littérature scientifique des deux cent dernières années».

     

    Elle a ainsi pu mettre en évidence que les poissons osseux se sont massivement diversifiés lorsque leurs cousins cartilagineux, encore maîtres des océans jusqu'aux environs de 260 Ma, «leur ont laissé le champ libre» après avoir été décimés par «l’extinction Permien moyen, survenue vers -260 Ma et l’extinction Permien-Trias, qui a eu lieu il y a 252 Ma».

     

    En fait, l'extinction du Permien moyen «a frappé de pleins fouet les poissons cartilagineux tandis que les poissons osseux s'en sont tirés relativement indemnes» alors que l'extinction Permien/Trias (crise PT) «a causé la disparition de plus de 96% des espèces marines et de 70% de la vie sur la terre ferme».

    Plus précisément, cette étude fait voir qu'après la crise PT, «les Chondrichthyes n'ont jamais vraiment récupéré leur ancien niveau de biodiversité» de sorte que ce sont les poissons osseux qui ont pris l'avantage: un groupe, les Neopterygii, a notamment connu une radiation évolutive remarquable au cours du Trias en développant «un ensemble de spécialisations morphologiques, comme l'apparition de mâchoires spécialisées, de types variés de nageoires ou de la viviparité».

     

    Ainsi, comme les Neopterygii constituent actuellement «la presque totalité des poissons osseux», cette étude montre bien que les événements répétés d'extinction «ont joué un rôle clé dans le développement de la faune de poissons d'aujourd'hui».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :