• Paléontologie: les 'licornes de Sibérie' ont disparu bien plus tard qu'on ne l'imaginait, probablement victimes d'un refroidissement du climat il y a 36.000 ans! ____¤201812

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Evolution and extinction of the giant rhinoceros Elasmotherium sibiricum sheds light on late Quaternary megafaunal extinctions» ont été publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution, révèle que les 'licornes de Sibérie', qui étaient deux fois plus grosses que les rhinocéros actuels auxquelles elles sont apparentées, ont disparu bien plus tard qu'on ne l'imaginait, puisqu'elles ont vraisemblablement été victimes d'en refroidissement du climat il y a 36.000 ans.

     

    Notons tout d'abord que «les 'licornes de Sibérie' doivent simplement leur surnom à l'impressionnante corne unique qu'elles portaient sur le front et dont on ne sait à vrai dire même pas si elle était nue ou couverte de poils comme le reste de son corps». En fait, leur corne, qui «pouvait atteindre un mètre» était à «l'image de l'animal dont le poids à l'âge adulte devait flirter avec les 4 tonnes (c'est deux fois plus gros que les rhinocéros blancs actuels)».

     

    Jusqu'à présent, on savait que cette 'licorne' «avait arpenté les prairies de la Russie et de la Chine actuelles pendant plusieurs millions d'années» et appartenait à une branche particulière de la grande famille des rhinocerotidés, «celles des Elasmotheriinae, dont elle fut le dernier représentant» (rappelons ici «que les rhinocerotidés formaient durant le Miocène (une période géologique qui s'étend entre 23 et 5 millions d'années) un groupe très diversifié de 250 espèces dont seules cinq ont survécu jusqu'à nous, et qu'elles sont toutes en danger d'extinction»).

     

    Cependant, la question du moment où la 'licorne de Sibérie' a disparu restait en débat: «les chercheurs pensaient que son extinction était assez ancienne», probablement il y a 200.000 ans, mais la découverte au Kazakhstan en 2016, d'un crâne daté de 29.000 ans faisait l'objet de controverses.

     

    Dans ce contexte, l'étude ici présentée, grâce à «de nouvelles analyses portant sur les dents d'une vingtaine de spécimens», confirme «que ce rhinocérotidé a effectivement côtoyé l'homme moderne», car Elasmotherium sibiricum (*), son petit nom latin, «aurait en fait probablement survécu jusqu'il y a 36.000 ans», une époque où «le climat sur Terre change progressivement».

     

    Concrètement, on se dirige alors lentement «vers une nouvelle époque glaciaire qui atteint son pic il y a 20.000 à 25.000 ans» de sorte que «l'herbe grasse qui recouvre les prairies laisse peu à peu la place à des paysages de petits arbustes résistants et de mousses, la taïga». Ses dents relativement spécialisées et sa tête «qu'il devait avoir des difficultés à lever» suggèrent qu'Elasmotherium sibiricum «était devenu suradapté à son environnement» et n'a pas s'adapter au nouveau régime alimentaire que le changement climatique lui offrait.

     

     

    Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

    (*) Elasmotherium

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :