• Paléontologie: un fossile, exceptionnellement bien conservé, fait apparaître un mécanisme jusque-là inconnu lié à l'allongement du squelette axial de certains poissons!____¤201310

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications, révèle un mécanisme jusque-là inconnu lié à l'allongement du squelette axial de certains poissons, à partir d'un fossile qui a conservé les traces du squelette, mais aussi des tendons et des ligaments.

     

    Jusqu'à présent, deux mécanismes évolutifs avaient été identifiés pour expliquer les corps allongés des lézards et de certains poissons actuels: l'un est l’allongement de la taille des vertèbres , tandis que l'autre est l’apparition de vertèbres supplémentaires.

     

    Aujourd’hui, une «nouvelle astuce évolutionnaire qui conduit à l’allongement du corps» vient d'être mise en évidence, grâce à un fossile de poisson, Saurichthys curionii, «vieux de 240 millions d’années retrouvé sur le mont San Giorgio» dans le canton du Tessin (Suisse). Il apparaît que «la colonne vertébrale de Saurichthys curionii n'a pas un arc vertébral par segment, mais deux». Ce phénomène unique, qui ne se retrouve chez aucun autre poisson connu avec corps allongé, expliquerait son caractère allongé.

     

    De plus, grâce à la forme et à la disposition des tendons conservés, des éléments relatifs à la forme et aux capacités de Saurichthys curionii, ont pu être déduits: ce poisson «d’une longueur d’un mètre devait ressembler aux actuels brochets ou aux orphies, mais, si son corps était allongé, il n’avait cependant pas la souplesse d’une anguille» et «contrairement aux poissons océaniques modernes tels que le thon, il était probablement incapable de nager sur de longues distances à vitesse élevée».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :