• Physique: une expérience conçue pour étudier des noyaux atomiques les plus instables qui existent, permet de mieux comprendre des manifestations de l'interaction forte!____¤201511

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Extension of the N = 40 Island of Inversion towards N = 50: Spectroscopy of 66Cr, 70,72Fe» ont été publiés dans la revue Physical Review Letters, a permis, grâce à la conception d'une expérience pour étudier des noyaux atomiques parmi les plus instables qui existent, d'avancer dans la compréhension des manifestations de l'interaction forte, qui régit le comportement de la matière au sein des noyaux atomiques.

     

    Rappelons tout d'abord que «quatre forces fondamentales régissent notre monde visible: la gravitation, l’interaction électromagnétique, l’interaction faible, responsable de la radioactivité, et l’interaction forte au cœur de la matière». Dérivée de l’interaction forte, la force nucléaire, qui «lie les nucléons (protons et neutrons) entre eux au sein du noyau des atomes», est «à l’origine de phénomènes quantiques complexes et de la fabrication des atomes, des plus légers aux plus lourds, dans les étoiles».

     

    Certains noyaux, appelés ‘noyaux magiques’ sont particulièrement stables par rapport aux autres pour des nombres spécifiques de neutrons et protons. Afin de «comprendre les mécanismes responsables de cette stabilité relative» et de réaliser «une description universelle des noyaux», un instrument scientifique, le système Minos, «a été construit pour effectuer la spectroscopie des noyaux instables, c’est-à-dire mesurer leurs niveaux d’énergie».

     

    Depuis 2014, il opère «auprès de l’accélérateur Radioactive Isotope Beam Factory (RIBF) de l’institut de recherche japonais Nishina Center de Riken, la machine la plus performante au monde pour produire des noyaux riches en neutrons et observer des noyaux qui n’avaient encore jamais été étudiés».

     

    Au terme de cinq ans de développement technique, «la toute première expérience a permis d’étudier les noyaux de chrome et de fer les plus riches en neutrons accessibles à ce jour». Ces mesures «questionnent le caractère magique de N=50 (nombre de neutrons) pour les noyaux riches en neutrons de cette région».

     

    Ainsi, Minos devrait a terme contribuer «à élucider les mystères des nombres magiques pour les noyaux instables et à améliorer notre compréhension et modélisation du noyau atomique».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :