• Virologie: le mécanisme, par lequel le virus bactériophage T4 infecte une bactérie pour prendre le contrôle de sa machinerie cellulaire, a été décrypté!____¤201605

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Structure of the T4 baseplate and its function in triggering sheath contraction» ont été publiés dans la revue Nature, a permis de décrypter le mécanisme par lequel le virus bactériophage T4 infecte une bactérie pour prendre le contrôle de sa machinerie cellulaire.

     

    Indiquons tout d'abord qu'un bactériophage T4 «est un virus en forme de module lunaire» qui «se pose à la surface de la bactérie», puis en perce la coque pour injecter son ADN dans sa victime: «une fois à l’intérieur, le code génétique viral se multiplie et sert de matrice à la fabrication de plein de petits virions» de sorte que «bientôt rempli comme un œuf par ces envahisseurs, la bactérie finit par exploser, libérant dans l’environnement un millier de virus nouveaux-nés».

     

    Alors que, jusqu'ici, «le mécanisme par lequel le T4 accomplit son processus d’infection restait mystérieux», l'étude ici présentée s'est intéressée «à la plaque à la base du T4 et à la manière dont celle-ci change de forme».

     

    Il est ainsi apparu que cette structure essentielle, «formée d’un million d’atomes et d’une quinzaine de protéines différentes», permet «non seulement au virus de s’attacher à la membrane bactérienne mais également de contracter sa queue pour injecter, telle une seringue, son ADN via le tube rigide contenu à l’intérieur de la coque contractile».

     

    Comme les virus bactériophages «sont à la base d’une thérapie nommée phagothérapie», née «notamment en France au début du XXe siècle et développée par la suite dans les pays de l’ex-URSS (où elle est encore très employée)», cette étude apporte donc une contribution non négligeable à la compréhension du mécanisme de cette thérapie, qui «gagne de plus en plus de soutiens dans les pays où les antibiotiques s’avèrent de moins en moins efficaces parce qu’utilisés à outrance».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :