• Zoologie: des récepteurs nichés au sein des ventouses des tentacules des pieuvres sont capables d'identifier de multiples saveurs comme l'encre produite par une compagne!____¤202011

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Molecular Basis of Chemotactile Sensation in Octopus» sont publiés dans la revue Cell, a permis, en se focalisant sur «la pieuvre à deux points de Californie», de découvrir «des récepteurs nichés au sein des ventouses de leurs tentacules», qui sont des cellules chimiotactiles situées à même la peau, capables d'identifier «de multiples saveurs comme l'encre produite par une compagne ou des signaux toxiques d'avertissement émis par une proie».

     

    Ces cellules chimiotactiles dotent la pieuvre «qui veut détecter des proies cachées dans les crevasses des fonds marins ou dans des zones inaccessibles à ses autres organes sensoriels habituels», d'un outil très utile. Concrètement, «ces récepteurs gustatifs s'activent généralement lors de l'exploration tactile de l'environnement par la pieuvre, à l'aide d'autres cellules chargées du toucher, elles aussi situées dans les ventouses».

     

    Ainsi, «grâce à cette perception bimodale, la pieuvre appréhende son environnement de manière inédite», car, au bout du compte, alors que «la chimiosensation marine est depuis longtemps associée à une signalisation à distance via des composés chimiques qui se dissolvent dans l'eau», cette étude «révèle que la pieuvre (et potentiellement d'autres animaux aquatiques) peuvent également détecter des molécules peu solubles grâce au contact physique».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :