• Zoologie: l'analyse des génomes de 101 espèces de poissons montre que celles vivant dans les grands fonds disposent de gènes qui produisent différents types de bâtonnets!____¤201905

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Vision using multiple distinct rod opsins in deep-sea fishes» sont publiés dans la revue Science, a permis, grâce à l'analyse des génomes de 101 espèces de poissons, de découvrir que celles vivant dans les grands fonds avaient perdu les gènes dévolus à la production des protéines actives dans les cônes. Il est, en outre apparu que ces poissons-là disposent de nombreux gènes qui produisent différents types de bâtonnets et, donc, pas un, «ni deux (comme chez de rares espèces, les harengs, les anguilles), mais cinq, dix et jusqu’à trente-huit», ce record étant détenu par la dirette argentée.

     

    Ainsi, la dirette argentée, «un poisson plat d’une trentaine de centimètres de long, muni de pointes ventrales aiguisées et d’un œil surdimensionné», est doté «de l’appareil génétique pour produire ces trente-huit types d’opsines, les fameuses protéines qui enregistrent la couleur»: il en a été retrouvé quatorze sur sa rétine.

     

    De la sorte, «des pigments distincts qui réagissent, chacun, à un spectre très précis» offrent au poisson une vision, en couleurs «de l’invisible», car «non seulement, ces bâtonnets permettent sans doute à l’animal d’utiliser les infimes traces de lumière disponibles pour déceler ses partenaires», mais ils permettent aussi, très probablement, de «repérer ses proies, essentiellement des crustacés bioluminescents, et ses prédateurs, comme les poissons dragons».

     

    Cette étude «essentiellement macromoléculaire» aboutit à cette conclusion à partir des analyses génétiques, de la reconstitution des protéines en laboratoire, et des modélisations bio-informatiques qui vont «toutes dans ce sens», mais du fait de l’hostilité du milieu, «la preuve absolue n’a pas été rapportée in situ».

     

    En tout cas, «sur la rétine de la dirette, les zoologistes ont découvert plusieurs couches de bâtonnets», dont l’une présente «les photorécepteurs les plus longs jamais observés» qui sont munis d’un pigment particulier, baptisé 'filtre jaune', pouvant permettre de «mieux voir venir les prédateurs attaquant d’en haut».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :