• Zoologie: l'observation de trois espèces d’oursins, qui ont des espérances de vie très différentes, montre que la forte capacité de régénération de leurs tissus apparaît similaire!____¤201

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Maintenance of somatic tissue regeneration with age in short- and long-lived species of sea urchins» ont été publiés dans la revue Aging Cell, a montré, en observant trois espèces d’oursins qui ont des espérances de vie très différentes, que la forte capacité de régénération de leurs tissus apparaissait similaire.

     

    Cette étude s'est intéressée à la régénération des tissus des oursins, des animaux marins qui appartiennent à l'embranchement des échinodermes *, parce qu’ils possèdent des capacités intéressantes dans le cadre de la recherche sur le vieillissement: en effet, ils peuvent «régénérer des appendices (pieds et épines)» et «se reproduire tout au long de leur vie» tout en ne cessant pas de grandir et, de plus, certaines espèces «vivent jusqu’à 100 ans».

     

    Les trois espèces d'oursins analysées sont «l’oursin rouge géant Mesocentrotus franciscanus (pouvant vivre plus de 100 ans), l’oursin pourpre Strongylocentrotus purpuratus (vivant environ 50 ans) et l’oursin variable Lytechinus variegatus (qui vit au maximum quatre ans)», cette dernière espèce vivant «dans l’océan Atlantique, contrairement aux deux autres originaires de l’océan Pacifique».

     

    Il est apparu que chez les trois espèces, qui «présentent des modes de vie comparables» (herbivores, elles vivent tous près des côtes) que «la capacité de régénération n’était pas affectée au cours de l’existence, que leur espérance de vie soit courte ou longue». Plus précisément, «l’expression de gènes impliqués dans la prolifération cellulaire (pcna), dans le maintien des télomères (tert) et la multipotence (seawi et vasa)» a été analysée.

     

    Rappelons ici que «TERT est un composant de la télomérase, l’enzyme qui maintient les télomères et l’intégrité du génome» et notons également que «de nombreux animaux qui expriment Piwi (Seawi est l’homologue de Piwi chez les oursins) ou Vasa dans leurs cellules multipotentes possèdent une haute capacité de régénération dans leurs tissus» («les cellules multipotentes sont des cellules capables de se diviser et de se différencier en plusieurs types cellulaires différents»).

     

    Il a ainsi été observé «que l’expression de ces gènes se maintenait au cours du temps dans les tissus». En particulier, «la protéine Vasa a été localisée dans différents tissus, grâce à des techniques immunologiques». Il en résulte que la présence de ces protéines trahit «l’existence de cellules multipotentes dans les tissus adultes», qui pourrait expliquer «les capacités de régénération exceptionnelles des oursins».

     

     

    Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

    * Échinodermes

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :