• Zoologie: la flore intestinale des baleines à fanons montre qu'en dépit de leur alimentation carnivore ces cétacés ont des caractéristiques proches des ruminants terrestres!____¤201510

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Baleen whales host a unique gut microbiome with similarities to both carnivores and herbivores» ont été publiés dans la revue Nature Communications, a permis de montrer, à partir d'une analyse du microbiome (flore intestinale), que les mysticètes (baleines à fanons), en dépit d’un mode d’alimentation carnivore (plancton, petits crustacés, céphalopodes et poissons), ont des caractéristiques proches des ruminants terrestres, notamment des vaches.

     

    Rappelons tout d'abord que des analyses phylogénétiques récentes ont «révélé que les baleines étaient liées aux artiodactyles, une famille d’ongulés qui comprend notamment vaches, moutons, cerfs, camélidés et hippopotames».

     

    Dans ce contexte, l'étude ici présentée a analysé le génome de la flore de plusieurs dizaines de baleines qui ont été suivies en pleine mer «afin de recueillir leurs excréments». Il est ainsi apparu que ce microbiote présentait «un étonnant mix bactériens»: d'une part, comme les carnivores, les mysticètes «possèdent le même genre de bactéries que celles retrouvées chez les lions et les tigres qui ont des régimes alimentaires riches voire exclusifs en viande» et, d'autre part, «elles ont aussi des communautés abondantes de bactéries anaérobies, semblables à celles que les ruminants utilisent pour dégrader la cellulose».

     

    De plus, les baleines possèdent une autre caractéristique anatomique propre aux ruminants», en l'occurrence «un intestin multi-chambre avec une chambre antérieure abritant les bactéries aptes à digérer la cellulose».

     

    Or, comme dans l’océan «ce glucide qui est le principal constituant des végétaux est bien loin d’être abondant» alors que «pratiquement 10% du bol alimentaire des baleines se compose de chitine, un autre glucide complexe constituant la carapace des crustacés», cette étude met en lumière le fait «que l’intestin antérieur des baleines riche en microbes anaérobies permet de digérer la chitine et de la rendre ainsi accessible» (car autrement elle serait déféquée). C'est ce qui expliquerait la persistance de «caractéristiques héritées de l’ancêtre terrestre des baleines».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :