• Zoologie: la perception visuelle 3D de la mante religieuse diffère de celle des humains, car elle ne traite pas les images fixes!____¤201802

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A novel form of stereo vision in the praying mantis» ont été publiés dans la revue Current Biology, révèle que la perception visuelle 3D de la mante religieuse (Mantis religiosa) diffère de celle des humains, car elle ne traite pas les images fixes.

     

    La mante religieuse est le seul insecte connu à disposer d'une vision stéréoscopique (perception visuelle 3D) comme les hommes, «les singes, les chats, les chevaux, les chouettes ou encore les crapauds», qui voient en trois dimensions: concrètement, «chacun de nos yeux perçoit le monde qui l'entoure de façon légèrement différente et notre cerveau fusionne le tout pour former une seule image, en relief», ce qui «permet d'évaluer les distances».

     

    Dans le cadre d'une étude précédente, a été élaboré le plus petit modèle de lunettes 3D au monde, «un outil destiné à percer le mystère» de la vision des mantes religieuses: cet «objet relativement simple fait de deux verres polarisés chacun dans un sens différent» pouvait «être fixée de manière temporaire sur la tête de l'insecte à l'aide d'un peu de cire d'abeille».

     

    Dans le prolongement de ce travail, l'étude ici présentée rapporte les premiers résultats obtenus avec cette technologie. Les expériences ont consisté à équiper les insectes de ces mini-lunettes aux lentilles colorées et à leur offrir «une séance de cinéma 3D avec visionnage de proie» que les mantes ont cherché à attraper.

     

    Les images complexes qui leur ont été montrées ont, en fin de compte, «permis de découvrir que les mantes avaient une vision 3D très différente de celle de l'homme»: en effet, il est apparu que «les mantes ne s'attaquent qu'à des proies en mouvement», ce qui signifie qu'elles «n'ont pas besoin de traiter des images fixes». Autrement dit, les mantes «se contentent de regarder là où l'image change».

     

    Comme actuellement, pour naviguer, de nombreux robots utilisent la vision stéréoscopique «généralement basée sur la vision stéréo humaine complexe» qui se préoccupe «des détails de l'image», ce «qui nécessite beaucoup de puissance d'ordinateur», le mécanisme de vision 3D simplifié des mantes pourrait bioinspirer dans le domaine de la robotique  «une vision 3D 'rustique', comme celle de l'insecte»: l'économie de puissance de calcul qui en découlerait pourrait, en particulier, bénéficier aux drones.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :