• Zoologie: la reconstruction de l'architecture cérébrale du loup de Tasmanie, une espèce aujourd'hui éteinte, indique qu'il avait des «comportements de chasse»!____¤201701

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Reconstruction of the Cortical Maps of the Tasmanian Tiger and Comparison to the Tasmanian Devil» sont publiés dans la revue PLOS ONE, a permis d'établir, à partir de la reconstruction de l'architecture cérébrale du loup de Tasmanie, une espèce aujourd'hui éteinte, que cet animal avait des «comportements de chasse».

     

    Rappelons tout d'abord que «le dernier thylacine (Thylacinus cynocephalus), aussi appelé loup de Tasmanie, est mort en 1936 à l'Hobart Zoo en Australie». Ainsi, cette espèce «s'est éteinte, victime des chasseurs qui ont bénéficié de primes d'abattage entre 1830 et 1914 et de la destruction de son habitat, grignotée par l'explosion du nombre d'exploitations agricoles en Australie».

     

    Comme cette disparition «n'a pas laissé le temps aux scientifiques» d'étudier le comportement des thylacines de leur vivant, grâce aux nouvelles technologies, l'étude ici présentée a «pu reconstruire l'architecture cérébrale de ces animaux et en déduire leur mode de vie».

     

    Pour cela, deux cerveaux de thylacines, choisis parmi les quatre qui «ont été préservés afin d'alimenter les recherches sur ces animaux», ont été analysés «grâce à deux techniques d'imagerie cérébrale : l'IRM et l'imagerie par tenseur de diffusion» (l'un de ces cerveaux provenait de la Smithsonian Institution et l'autre de l'Australian Museum).

     

    Ce travail a abouti à une reconstruction de l'architecture de l'encéphale de l'animal, notamment grâce à la reconstitution des zones de matière blanche. En vue de faciliter l'interprétation de ces résultats, les mêmes analyses ont été réalisées «sur des cerveaux de diables de Tasmanie (Sarcophilus harrisii), une espèce qui se trouve être phylogénétiquement proche de Thylacinus cynocephalus».

     

    Il est alors apparu «qu'outre une taille supérieure de l'encéphale, les loups de Tasmanie présentaient un cortex plus important dans les zones cérébrales dévolues à la planification et à la prise de décision», des zones qui sont «très sollicitées par les comportements de chasse». De ce fait, cette étude aboutit à la conclusion «que les thylacines avaient des comportements de prédateurs contrairement aux diables de Tasmanie qui sont, eux, des animaux opportunistes à tendance nécrophage».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :