• Zoologie: le colugo, un petit mammifère nocturne arboricole d'Asie du sud-est capable de planer, appartiendrait à un groupe frère des primates, c’est-à-dire des singes et des humains!____¤20160

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Genomic analysis reveals hidden biodiversity within colugos, the sister group to primates» ont été publiés dans la revue Science Advances, est parvenue à la conclusion que le colugo, un petit mammifère nocturne arboricole d'Asie du sud-est, capable de planer sur plus de 140 mètres, appartiendrait à un groupe frère des primates, c’est-à-dire des singes et des humains.

     

    Indiquons tout d'abord que le colugo, également appelé galéopithèque ou lémur volant est un mammifère «affublé d’une membrane entre les pattes» qui lui permet de planer et de ne presque jamais toucher jamais le sol. Cet animal qu'il ne faut «pas confondre avec les chauves-souris ou les écureuils volants», est classé dans «l’ordre des Dermoptères, qui ne comporte qu’une famille, un seul genre et seulement deux espèces: Cynocephalus variegatus et Cynocephalus volans».

     

    Jusqu'ici, les Dermoptères ont été très peu étudiés et sont «relativement mal connus des biologistes et des éthologues», essentiellement parce que «leur mode de vie nocturne et arboricole et leur capacité à planer les rendent difficiles à observer». De ce fait, durant près d’un siècle, «les biologistes ont débattu de la parenté de cet animal», car si certains l'avait rapproché des scandentiens, «de petits mammifères arboricoles à la queue longue et touffue», le doute subsistait.

     

    Pour en savoir plus, leur génome a été séquencé, dans le cadre de l'étude ici présentée, «à partir d’un individu représentatif originaire de la région occidentale de Java, en Indonésie». Le génome reconstitué de 3,2 milliards de bases a été ensuite «comparé à une série de gènes de 21 autres espèces de mammifères, notamment des primates, pour repérer des similitudes et établir des liens entre eux». Des marqueurs génétiques communs ont été également recherchés pour permettre «d’établir des relations entre des groupes d’animaux avec un bon degré de confiance».

     

    Ces analyses ont alors montré que «les colugos sont bien plus proches des primates qu’ils ne le sont des scandentiens, malgré leur ressemblance avec ces derniers». De plus, il est apparu à la suite de l'analyse du chromosome Y et de l’ADN mitochondrial «récoltés chez des spécimens conservés dans des muséums» qu’il existerait «bien plus d’espèces de Dermoptères qu’on ne l’estimait: jusqu’à 14».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :