• Zoologie: le séquençage du génome d'un thylacine a permis d'en apprendre plus sur l'histoire évolutive des tigres de Tasmanie aujourd'hui éteints!____¤201712

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Genome of the Tasmanian tiger provides insights into the evolution and demography of an extinct marsupial carnivore» ont été publiés dans la revue Nature Ecology & Evolution, a permis, grâce au séquençage du génome d'un thylacine, d'en apprendre plus sur l'histoire évolutive des tigres de Tasmanie aujourd'hui éteints.

     

    Rappelons tout d'abord que le tigre de Tasmanie, ou loup de Tasmanie ou thylacine (Thylacinus cynocephalus), était un marsupial carnivore qui vivait en Australie, d'où il a disparu il y a 3.000 ans, mais dont la population a survécu sur l'île de Tasmanie jusqu'au début du 20e siècle.

     

    Pour en apprendre plus sur l'histoire évolutive de ces animaux, le génome d'un spécimen «bien conservé d'un jeune datant de 106 ans, provenant de la collection d'un musée australien» a été séquencé. Ce séquençage «a permis de replacer le thylacine dans un arbre phylogénétique»: en fait, «le tigre de Tasmanie appartient à une lignée sœur des Dasyuridae, la famille qui inclut le diable de Tasmanie et la souris marsupiale».

     

    Le génome a aussi montré «que le thylacine était en mauvaise santé génétique, avec une faible diversité génétique, avant même l'arrivée des humains en Australie» («le diable de Tasmanie, son proche cousin, souffrait du même problème de faible diversité génétique avant d'être isolé en Tasmanie»).

     

    Cette étude génétique apporte, en outre, «de nouvelles informations sur la façon dont l'animal a évolué pour ressembler à un chien en dépit de son éloignement avec cette espèce». Ce bel exemple d'évolution convergente entre le thylacine et les canidés apparaît résulter «de leur technique de chasse et de leur alimentation à base de viande fraîche», de sorte que le crâne et la forme de leur corps sont devenus semblables (l'apparence du thylacine ressemble à celle du dingo, «une race de chien sauvage apparue en Australie»).

     

    Plus précisément, l'analyse des caractéristiques du crâne du thylacine indique que sa forme était «plus semblable à celle du renard roux et du loup gris qu'à celle de ses plus proches parents». Selon l'étude, «cette évolution convergente ne serait pas due aux gènes eux-mêmes qui auraient produit la même forme de crâne et de corps», mais plutôt aux régions de contrôle entourant ces gènes «qui 'allument' ou 'éteignent' les gènes aux différentes étapes de la croissance».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :