• Zoologie: les kéas, des perroquets de la Nouvelle-Zélande, apparaissent capables d'utiliser les statistiques pour choisir la meilleure option! ____¤202003

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Kea show three signatures of domain-general statistical inference» ont été publiés dans la revue Nature Communications, révèle que les kéas, des perroquets montagnards endémiques de la Nouvelle-Zélande, apparaissent capables d'utiliser les statistiques pour choisir la meilleure option, une aptitude qui, jusqu'ici n'avait été observée uniquement que chez les grands singes.

     

    Ce sont des expériences «utilisant des bocaux remplis de pinces à linge» qui ont amené cette étude à conclure que l'espèce d'oiseaux Nestor notabilis (*) pouvait maîtriser l'inférence statistique. Autrement dit, les oiseaux de cette espèce seraient aptes «à tirer une conclusion sur une situation grâce à une analyse statistique d'un échantillon de cette situation».

     

    Concrètement, dans un premier temps, les perroquets ont été entraînés à recevoir «de la nourriture en choisissant la pince noire, et rien en choisissant la pince orange» de sorte que, très vite, ils ont choisi plus que les pinces noires. Dans un second temps, «l'expérimentateur est entré en jeu» en présentant «plusieurs bocaux aux six kéas étudiés au cours de six tests distincts».

     

    Plus précisément, «à chaque fois, deux bocaux ont été montrés simultanément»: ces bocaux, dont «le premier contenant davantage de pinces noires, et le second davantage de pinces oranges», étaient configurés de façon différentes: «bocaux de la même taille, bocaux de tailles différentes, bocaux avec un fond inaccessible, etc.».

     

    Alors, l'expérimentateur piochait «une pince dans chaque bocal» et «tout en gardant ses mains fermées, il laissait le perroquet choisir la main dont il voulait récupérer la pince à linge». Il a été ainsi constaté que les perroquets ont vite «appris à désigner la main provenant du bocal avec soit le plus de pinces noires, soit le plus de pinces noires à la surface, puisque la main n'attrapait une pince qu'en surface du bocal».

     

    Finalement, ces observations signifient «que ces perroquets peuvent observer une situation, se rendre compte qu'un schéma se répète, et utiliser les résultats précédemment obtenus pour prédire (avec une certaine marge d'erreur) les résultats suivants, en tenant compte de variables environnementales». Ils maîtriseraient donc l'inférence statistique, car «à partir d'un échantillon de situation, ils induisent une probabilité que l'échantillon soit représentatif de l'ensemble de la situation, sans oublier qu'un degré d'erreur doit être pris en compte».

     

     

    Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

    (*) Nestor kéa

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :