• Zoologie: les mangoustes-sentinelles reçoivent des compensations pour leur engagement au service de la sécurité de la communauté! ____¤201806

    Une étude, dont les résultats intitulés «Experimental evidence for delayed contingent cooperation among wild dwarf mongooses» ont été publiés dans la revue PNAS, révèle que les mangoustes-sentinelles reçoivent des compensations pour leur engagement au service de la sécurité de la communauté.

     

    Rappelons tout d'abord que «les mangoustes, de petits mammifères carnivores d’Afrique, sont des proies faciles pour les rapaces». De ce fait, au sein d’une meute de 5 à 30 individus, on peut fréquemment observer durant la journée «quelques-uns des membres monter la garde». Ces sentinelles-mangoustes, sont d'ailleurs «facilement reconnaissables»: en effet, «dressées sur une branche, une termitière ou un rocher en hauteur», elles «informent régulièrement leurs congénères de leur présence par des cris 'de surveillance' ou d’un éventuel danger par des cris 'd’alerte'.

     

    Cependant, comme «une mangouste qui surveille ne se nourrit pas et est une cible privilégiée», le poste de sentinelle peut «sembler désavantageux pour l’individu», mais l'étude ici présentée vient de montrer qu'il existe des bénéfices à plus long terme puisqu'en «échange de ce 'service public', les sentinelles reçoivent une récompense prodiguée le soir même par les autres membres de la communauté: un toilettage, qui réduit le stress et améliore l’hygiène».

     

    Pour mettre en évidence cette corrélation entre surveillance et toilettage, l'étude a exploité le fait que «chaque individu possède une signature vocale qui lui est propre». Plus précisément, les enregistrements de différents cris de chaque mangouste du groupe ont été diffusés et, le soir venu, le nombre de toilettages qu’elle recevait a été compté. Cette expérience a été répété «sur douze communautés de mangoustes naines d’Afrique du Sud entre avril 2015 et octobre 2017».

     

    Il est ainsi apparu «qu’une même mangouste recevait plus de toilettages si l’enregistrement diffusé contenait des cris de surveillance et non des cris de positionnement (cris non spécifiques aux sentinelles)». Cette étude met donc «en évidence l’existence d’interactions sociales à long terme (et donc des capacités de mémorisation) chez des non-primates», ce qui était «jusqu’à présent controversé».

     

    D'autre part, l'étude émet l’hypothèse qu'en plus du bénéfice d’un toilettage ultérieur, le rôle de sentinelle pourrait s’accompagner «d’avantages multiples comme un meilleur statut au sein de la communauté et de meilleures chances de reproduction» à un point tel «qu’il ne serait pas surprenant d’observer», des mangoustes qui trichent en exagérant «leur activité de surveillance pour en retirer de plus grands bénéfices».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :