• Zoologie: un engrenage a été observé sur les pattes arrière de la «cigale bossue» témoignant qu'avant son invention par l'Homme, ce mécanisme avait été créé par la nature!____¤201309

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés le 13 septembre dans la revue Science, décrit un engrenage observé sur les pattes arrière de la «cigale bossue» (Issus coleoptratus appartenant à l’ordre des Hémiptères, famille des Issidés), témoignant qu'avant son invention par l'Homme, ce dispositif mécanique avait été créé par la nature.

     

    «Chez les insectes sauteurs (criquets, puces, cercopes, cicadelles, etc.), le saut est provoqué par une détente rapide et puissante des deux pattes postérieures»: dans le cas de la cigale bossue, «les influx nerveux sont envoyés aux muscles correspondants par deux paires indépendantes de neurones moteurs, ce qui ne suffit pas à synchroniser de façon assez précise, à l’échelle de quelques microsecondes, les mouvements des deux pattes».

     

    Il apparaît que cette synchronisation précise, chez la nymphe de la cigale bossue, «a lieu grâce à une rangée courbe de dents présente sur le côté interne du trochanter (partie de la patte qui suit la coxa, ou hanche, et précède le fémur) de chaque patte» de sorte que les deux trochanters, en contact sur une partie de leur côté interne, s’articulent par cet engrenage qui les contraint à se mouvoir de conserve.

     

    Il faut, cependant noter que «ce mécanisme à engrenage ne concerne que la nymphe de la cigale bossue et celles d’autres espèces apparentées», car «les dents disparaissent lors de la dernière mue de l’insecte, quand il devient adulte», la synchronisation des deux pattes postérieures étant alors assurée, «au moins en partie, par le frottement entre les coxae».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :