• Zoologie: une nouvelle espèce de requin fantôme, dénommée Hydrolagus erithacus, a été décrite à partir de neuf spécimens!____¤201702

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Hydrolagus erithacus sp. nov. (Chimaeriformes: Chimaeridae), a new species of chimaerid from the southeastern Atlantic and southwestern Indian oceans» ont été publiés dans la revue Zootaxa, a permis de décrire une nouvelle espèce de requin fantôme, dénommée Hydrolagus erithacus, à partir de neuf spécimens du sud-est de l’atlantique et du sud-ouest de l’océan indien capturés dans des profondeurs allant de 470 à 1000 mètres.

     

    Indiquons tout d'abord que «les espèces du genre Hydrolagus, très semblables s'avèrent difficiles à distinguer morphologiquement». Pour sa part, la chimère décrite ici «arbore d’impressionnantes dents… de lapin» ce qui fait qu'elle rentre bien dans le genre Hydrolagus («littéralement 'lièvre d’eau' en grec»).

     

    Plusieurs aspects permettent de différencier ce requin fantôme: en particulier, sa «coloration noire et uniforme» de la peau, «sa grosse tête par rapport à son corps» et sa grande taille «à maturité»(environ 1 mètre de longueur, ce qui le place «en deuxième position des plus grandes espèces de requin fantôme sur les cinquante déjà connues») le distinguent des autres. De son côté, l'analyse génétique («comparaison des séquences du gène NADH2 mitochondrial avec d'autres espèces Hydrolagus») suggère également que Hydrolagus erithacus constitue bien une espèce distincte.

     

    Plusieurs autres aspects physiologiques le caractérisent. D'abord, «des canaux équipés de nombreux pores sur le devant de la tête lui permettent de détecter ses proies dans des environnements désespérément sombres». Ensuite, «une épine venimeuse précède sa première nageoire dorsale» et «la seconde s’étend sur pas moins de 80% de la longueur de l’animal». De plus, il utilise aussi sa nageoire pectorale pour se déplacer, dans un mouvement de battement, «contrairement aux autres qui se servent de leurs nageoires caudales».

     

    Pour finir, notons que son squelette, comme celui de ses congénères, «se compose exclusivement de cartilage» à l'exception de ses dents et de sa fine épine «qui elles, sont calcifiées».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :