• Médecine: un marqueur, qui différencie les cellules 'dormantes' infectées par le VIH des cellules saines, a été identifié! ____¤201703

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «CD32a is a marker of a CD4 T-cell HIV reservoir harbouring replication-competent proviruses» ont été publiés dans la revue Nature, a permis d'identifier un marqueur qui différencie les cellules 'dormantes' infectées par le VIH des cellules saines.

     

    Rappelons tout d'abord que, chez des patients sous trithérapie, le VIH peut se dissimuler dans des 'cellules réservoirs' pendant plusieurs dizaines d'années, «échappant à la réponse immunitaire et aux traitements antirétroviraux, sans qu'aucune protéine virale ne soit exprimée». Comme «en cas d'arrêt du traitement, le virus se multiplie massivement et la maladie progresse de nouveau», ce qui contraint les patients à un traitement à vie, «depuis 1996, la communauté scientifique s'accorde à penser que la guérison du VIH passera par le ciblage des 'cellules réservoirs'».

     

    Pour y parvenir, il fallait pouvoir «distinguer les cellules réservoirs infectées par le VIH de leurs cellules homologues saines, très ressemblantes». C'est ce que vient de faire l'étude ici présentée, en «partant de l'hypothèse que le VIH pourrait laisser une empreinte à la surface de sa cellule hôte».

     

    Dans un premier temps, les chercheurs ont «travaillé in vitro sur un modèle d'infection développé dans leur laboratoire» impliquant des lymphocytes T CD4. En comparant les cellules infectées et les cellules saines, il est apparu que la protéine CD32a remplissait in vitro «les critères d'un marqueur de cellules réservoirs», car cette protéine, «codée par un gène parmi la centaine exprimés de manière spécifique par les cellules infectées», était «présente uniquement à la surface des cellules infectées.



    Dans un second temps, cette déduction a été confirmée par des expérimentations sur échantillons cliniques: en effet, «en étudiant des prélèvements de sang de 12 patients vivant avec le VIH et sous traitement, les chercheurs ont isolé les cellules exprimant le marqueur et ont constaté qu'elles étaient quasiment toutes porteuses du VIH», puisque «In vitro, l'activation de ces cellules a induit une production de virus capables de réinfecter des cellules saines tandis que leur élimination a provoqué un retard important de la production virale».

     

    Cette découverte, qui «permettra d'isoler et d'analyser ces cellules réservoirs», ouvre la voie à une meilleure connaissance fondamentale de ces réservoirs viraux et devrait, à plus long terme, déboucher sur des stratégies thérapeutiques qui élimineraient de l'organisme le virus latent.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :