• Archéologie: la plus ancienne preuve d’un accouchement ayant entraîné la mort de la mère et de l’enfant vient d'être trouvée à Lokomotiv en Sibérie!____¤201502

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Death by twins: a remarkable case of dystocic childbirth in Early Neolithic Siberia» ont été publiés dans la revue Antiquity, a permis de mettre au jour, en Sibérie à Lokomotiv, près du Lac Baïkal, la plus ancienne preuve d’un accouchement ayant entraîné la mort de la mère et de l’enfant.

     

    Elle découle de la découverte, dans «un cimetière préhistorique de chasseurs-cueilleurs datant de 8000 à 7000 ans», d'une sépulture recelant «le corps d’une jeune femme d’environ 25 ans décédée à la suite d’une dystocie fatale, c’est-à-dire d’une difficulté mécanique survenant lors de la naissance d’un enfant».

     

    En effet, «les squelettes partiels de deux fœtus arrivés à termes ont été retrouvés», dont l’un «était encore présent dans la région pelvienne de la mère», tandis que l’autre était en cours d’expulsion, ce qui prouve «que le décès des trois individus est survenu pendant des complications liées à l’accouchement». Ces deux fœtus constituent par ailleurs «la plus ancienne découverte archéologique de jumeaux».

     

    A ce propos, soulignons que «pour éviter qu’une femme morte en couches ne soit enterrée avec son fœtus encore vivant», les Romains «édictèrent une loi dite Lex Regia de Numa Pomilius (715-673 av. J.C) (renommée Lex Caesarea), ordonnant la pratique de la 'césarienne' sur les femmes enceintes défuntes».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :