• Archéologie: des plantes céréalières pourraient avoir été cultivées, il y a 23.000 ans, à Ohalo II (Galilée), ce qui reporte de 11.000 ans les prémices de l’agriculture!____¤201507

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «The Origin of Cultivation and Proto-Weeds, Long Before Neolithic Farming» ont été publiés dans la revue PLOS ONE, a permis de révéler que des plantes céréalières pourraient avoir été cultivées il y a 23.000 ans à Ohalo II situé sur les rives du lac de Tibériade, en Galilée (Israël), reportant de 11.000 ans les prémices de l’agriculture.

     

    Rappelons tout d'abord que, jusqu'ici, on considérait que l'agriculture était apparue il y a 12000 ans «au Levant, quelque part entre l’actuelle Turquie, la Syrie, l’Irak et Israël» (le Croissant Fertile du Moyen Orient). Elle a entraîné un changement de mode de vie de l'humanité qui a fait que «les chasseurs-cueilleurs se sont sédentarisés» constituant «les premières grandes communautés agricoles».

     

    La datation de cette révolution est remise aujourd'hui en question par l'identification de vestiges d’orge et de blé cultivés dans un ancien campement préhistorique de chasseurs-cueilleurs-pécheurs «découvert en 1989 à 9 km au sud de l’actuelle ville de Tibériade» à la suite «d’une baisse significative du niveau des eaux du lac au cours d’un grave épisode de sécheresse».

     

    Plus précisément, plusieurs campagnes de fouilles archéologiques y ont «mis au jour six abris, une tombe, une importante collection de restes d’animaux, des parures de coquillages, des outils de pierre taillés (dont des lames de faucilles parmi les plus anciennes trouvées à ce jour) et surtout des vestiges de nombreuses plantes comestibles».

     

    Parmi les milliers de vestiges végétaux, qui «ont été conservés dans un état exceptionnel, car ils ont été brûlés et scellés par les sédiments lacustres», plus de 140 espèces de plantes ont pu être identifiées parmi lesquelles «de nombreuses graines d’amidonnier sauvage (un ancêtre du blé, Triticum), de l’avoine et de l’orge». De plus, «la présence sur le site d’une meule rudimentaire montre que certains grains ont été broyés pour faire de la farine».

     

    Comme «parmi les céréales étudiées se trouvaient également 13 'proto-mauvaises herbes'», ancêtres des mauvaises herbes actuelles, qui «prospèrent uniquement dans des champs où des plantes sont cultivées», il s'agit d'un indice supplémentaire de l'existence d'une culture céréalière entraînant une perturbation humaine de l’écosystème naturel environnant Ohalo II.

     

    Cette étude, qui recule de 11000 ans les prémisses de l’agriculture, incite à faire d'autres recherches afin de mieux évaluer comment cette invention, qui a modifié, avec l’élevage, tous les comportements humains, s'est propagée jusqu'à son emploi à grande échelle.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :