• Astrophysique: le VLT de l’ESO au Chili apporte sa contribution à la caractérisation de 1I/2017 U1 (Oumuamua), le premier astéroïde interstellaire répertorié! ____¤201711

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A brief visit from a red and extremely elongated interstellar asteroid» ont été publiés dans la revue Nature et sont disponibles en pdf, a permis, grâce au VLT de l’ESO au Chili et à d’autres observatoires disséminés à la surface du globe, de caractériser le premier astéroïde interstellaire répertorié, qui avait été repéré par le télescope Pan-STARRS 1. Cet objet, immatriculé 1I/2017 U1 et baptisé Oumuamua, est de couleur rouge foncé, de forme très allongée et de composition métallique ou rocheuse et ne ressemble en rien aux composants habituels du Système Solaire.

     

    Le VLT de l’ESO avait été «réquisitionné dans le but de déterminer l’orbite de l’objet, sa brillance ainsi que sa couleur, avec une précision meilleure que celle caractérisant les plus petits télescopes». Comme la luminosité d'Oumuamua diminuait «drastiquement à mesure qu’il s’éloignait du Soleil, de l’orbite terrestre notamment, vers l’extérieur du Système Solaire», la rapidité d’exécution fut essentielle.

     

    La combinaison des images acquises «au travers de quatre filtres différents intercalés sur l’instrument FORS du VLT avec les clichés obtenus au moyen d’autres grands télescopes», a pu mettre en évidence la variation périodique de luminosité de Oumuamua: sa brillance varie d’un facteur dix «au fil de sa rotation autour de son axe, soit en l’espace de 7,3 heures».

     

    Cette variation «importante et inhabituelle de luminosité s’explique par la forme très allongée de l’objet» qui «est une dizaine de fois plus long que large, d’apparence compliquée, ondulée». La couleur rouge foncé de Oumuamua est «semblable à celle des objets situés en périphérie du Système Solaire». De plus, il est apparu que 1I/2017 U1, dont la «longueur est estimée à plus de 400 mètres», est totalement inerte, puisque aucune trace de poussière n’a «été détectée dans son environnement proche».

     

    Ces caractéristiques «laissent à penser que Oumuamua est un objet dense, potentiellement rocheux voire majoritairement constitué de métal, dépourvu de quantités significatives d’eau ou de glace, et que la couleur sombre de sa surface résulte des effets de l’irradiation par les rayons cosmiques sur des millions d’années».

     

    Pour ce qui concerne l'origine d'Oumuamua, qui se meut «à la vitesse éclair de 90 000 kilomètres par heure», les calculs «orbitaux préliminaires indiquent que l’objet provenait d’une région du ciel voisine de l’étoile Véga, dans la constellation boréale de la Lyre». Cette désignation est à comparer avec celle fournit par l'étude présentée précédemment sur ce sujet.

     

    Enfin, soulignons que, si «les astronomes estiment qu’un astéroïde interstellaire semblable à Oumuamua pénètre à l’intérieur du Système Solaire chaque année ou presque», actuellement «seuls les télescopes de sondage tel Pan-STARRS s’avèrent suffisamment puissants» pour détecter ces objets faiblement lumineux.

     

     

    Lien externe complémentaire (source Exoplanetcatalogue)

    * Planet 1I/2017 U1

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :