•  

    Une étude, dont les résultats intitulés «Hominin occupation of the Chinese Loess Plateau since about 2.1 million years ago» ont été publiés dans la revue Nature, indique que des pierres taillées par des mains humaines, il y a plus de 2 millions d'années en Chine, repoussent les dates de la première sortie d'Afrique pour notre genre de plusieurs centaines de milliers d'années.

     

    Plus précisément, ces petites pierres qui ont «été frappés les uns contre les autres pour en faire des outils tranchants», ont été taillées «il y a plus de deux millions d'années sur le plateau loessique, au centre de la Chine» deviennent «la plus ancienne preuve de présence humaine hors d'Afrique» puisque, jusqu'ici, cette plus ancienne preuve se trouvait à Dmanisi en Géorgie («des outils et d'ossements attribués à Homo erectus») et «datait d'il y a 1,81 million d'années».

     

    Les  «96 pièces qui ont été retrouvées» étaient «reparties sur 17 couches datées entre 2,1 et 1.7 millions d'années». Ces outils sont assez simples et «même s'il faut rester prudent au vu de leur petit nombre, ce sont bien des mains d'hominines (*) qui les ont travaillées». Parmi eux, «six artefacts ont été découverts dans les deux couches les plus anciennes». Bien qu'il s'agisse d'une «datation relative» et qu'une marge d'erreur «de plusieurs centaines de milliers d'années» soit possible, dans tous les cas, ces outils restent «plus anciens que ceux découvertes à Dmanisi».

     

    Ces outils remettent ainsi «totalement en question le modèle migratoire des groupes humains»: alors que «pendant longtemps on a pensé qu'Homo erectus était passé par la Géorgie avant de se rendre en Asie», cette étude suggère qu'il y a «sans doute eu plusieurs sorties et peut-être par plusieurs espèces qui ont pu emprunter des chemins différents». Néanmoins, pour l'instant, il est impossible «de retracer le chemin des premiers hommes» et de dire avec certitude à quelle espèce, ils appartenaient.

    Rappelons ici qu'il y a 2 millions d'années, «Homo sapiens, notre ancêtre direct n'existait pas encore, pas plus que son cousin Néandertal ou leur probable ancêtre Homo ergaster», mais en Afrique, «Homo habilis est présent dès 2,8 millions d'années» et «cohabite avec au moins deux autres espèces d'hominines».

     

     

    Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

    (*) Hominina

     

     


    votre commentaire
  •  

    Une étude, dont les résultats intitulés «Recovery of “Lost” Infant Memories in Mice» ont été publiés dans la revue Current Biology, fait penser, à partir d'expériences réalisées sur des souris, que les souvenirs de la petite enfance ne seraient pas complètement perdus, mais seulement «plus difficiles à remobiliser».

     

    Comme les hommes qui ne parviennent pas à se souvenir des premiers mois et des premières années de leur vie, les souris perdent «aussi la mémoire de leurs premières expériences de vie». En vue de comprendre pourquoi ces mémoires semblent 'perdues' («Sont-elles mal stockées, effacées ou bien difficiles à remobiliser ?»), l'étude ici présentée a effectué des expériences. sur des souris.

     

    Tout d'abord, les souris ont été placées dans une boîte, «où elles ont reçu un petit choc au pied». Replacées «plus tard» dans les boîtes, il apparaît que «si le test est réalisé avec des souris adultes», elles «se rappellent leur mauvaise expérience initiale et se figent lors de leur seconde venue dans la boîte», tandis que «les très jeunes souris oublient en un jour la peur qu'elles ont eue la première fois et se comportent normalement si on les remet dans la même boîte».

     

    Dans un second temps, l'optogénétique a été employée «pour stimuler des neurones du gyrus denté de l'hippocampe», une région du cerveau qui contient les neurones activés «lorsque les petites souris ont encodé le message de peur» (Rappelons ici que «l'optogénétique est une technique qui permet de stimuler un type cellulaire grâce à un laser, ces cellules ayant été génétiquement modifiées pour être sensibles à la lumière»).

     

    Il a été alors constaté lorsque «les jeunes souris ont été placées dans la boîte et que le laser s'est allumé», que les rongeurs «ont retrouvé la mémoire du choc électrique et se sont figés sur place», ce qui indique que la stimulation des ensembles de neurones impliqués dans l'encodage donne «un petit coup de pouce au système» qui suffit «pour recouvrer les mémoires perdues»: en l'occurrence, les neurones qui codaient le souvenir en question ont pu être activé «15 jours, 30 jours et 90 jours après le choc électrique initial».

     

    Alors qu'une précédente étude réalisée par la même équipe avait conclu que les souvenirs de la petite enfance disparaissent à cause de la neurogenèse produite dans l'hippocampe, par laquelle les nouveaux neurones créés, en s'intégrant dans les circuits de l'hippocampe, «éliminent des connexions existantes et suppriment des souvenirs», cette nouvelle étude «suggère plutôt que les souris adultes conservent des traces de leurs souvenirs précoces» qui «ne seraient pas complètement perdus, mais seulement plus difficiles à remobiliser».

     

     


    votre commentaire
  •  

    Deux études, dont les résultats intitulés «Neutrino emission from the direction of the blazar TXS 0506+056 prior to the IceCube-170922A alert» (disponibles en pdf) et «Multimessenger observations of a flaring blazar coincident with high-energy neutrino IceCube-170922A» sont publiés dans la revue Science, ont permis d'apporter un début de solution à l’énigme des phénomènes cosmiques les plus puissants du cosmos.

     

    Rappelons tout d'abord que les rayons cosmiques, découverts en 1912, sont des «particules électriquement chargées (protons, électrons, noyaux atomiques) qui proviennent surtout du Soleil. Cependant, les plus énergétiques, «accélérés à une vitesse approchant celle de la lumière» viennent d’autres galaxies que la nôtre. Comme «ces astroparticules ne sont pas 'traçables', car, du fait de leur charge électrique, «leur course est déviée par les champs magnétiques qu’elles rencontrent», leur source est inconnue.

     

    Une méthode indirecte peut néanmoins permettre «d’identifier l’origine de ces rayons cosmiques de très haute énergie», car un autre type de particules leur sont associées: les neutrinos. En effet, «dans les régions où les rayons cosmiques sont accélérés», il y a beaucoup de photons et de matière, qui «vont interagir avec la matière et le rayonnement ambiants». Ainsi, des neutrinos de haute énergie, sont créés «qui sont des sous-produits de ces rayons cosmiques». Leur avantage est qu'ils sont dénués de charge électrique et donc «indifférents aux champs magnétiques». En conséquence, ils «traversent le cosmos en ligne droite».

     

    C'est la détection de l'un d'entre eux le 22 septembre 2017, au pôle Sud par l’instrument IceCube (*) qui apporte un début de solution à l'énigme énoncée plus haut. IceCube, «le plus grand chasseur de neutrinos du monde», est installé entre 1450 et 2450 mètres sous la surface. Le dispositif correspond «à un kilomètre cube de glace au sein duquel ont été placés quelque 5000 capteurs».

     

    Ces dimensions se justifient parce que les neutrinos sont des particules qui «interagissent très peu avec la matière (des centaines de milliards d’entre eux traversent votre corps à chaque seconde sans que cela vous empêche de dormir), il faut un énorme détecteur pour en prendre un au piège de temps en temps».

     

    Ainsi, grâce au système de détection d’IceCube, il est apparu que le neutrino de haute énergie, qui a interagi avec la glace et déposé sa trace, provenait «d'un petit coin de la constellation d’Orion». Une alerte, envoyée «quarante-trois secondes après la détection», a «déclenché une séquence automatique d’observations, dans les domaines des ultraviolets et des rayons X, par les télescopes spatiaux Swift et NuSTAR de la NASA, ainsi que par treize observatoires tout autour du monde».

     

    Cette collaboration a rapidement conduit à identifier dans la zone un 'suspect': le 'blazar' en phase active TXS 0506 + 056» (**) [Un blazar, «contraction de 'blazing quasar' ('quasar flamboyant' en français)», est «une galaxie dont le cœur est occupé par un trou noir gargantuesque» autour duquel «gravite un disque de matière surchauffée qui, petit à petit, est avalée par le trou noir»].

     

    Deux jets de particules chargées s’échappent de ce blazar à «une vitesse proche de celle de la lumière» et s'il semble si flamboyant vu de la Terre, «c’est parce que nous nous trouvons précisément dans l’axe d’un de ces cônes».

     

    Pour tenter de démontrer que TXS 0506 + 056 était bien «le parent du neutrino observé», une première analyse statistique complexe a été menée qui a abouti à donner une probabilité «d’une chance sur mille» qu’il s’agisse d’une simple coïncidence. Néanmoins, cette valeur «laisse un degré d’incertitude peu tolérable pour des physiciens».

     

    Pour la réduire, l'équipe d’IceCube s’est «replongée dans ses archives et a déniché une douzaine d’autres neutrinos provenant de la direction de TXS 0506 + 056», ce qui a fait tomber cette probabilité «à une chance sur cinq mille». Cependant, ce rapport «ne répond pas encore aux standards très rigoureux de l’astrophysique».

     

    En tout cas, cette identification vraisemblable d’une source de rayons cosmiques constitue un pas de plus vers un nouvel âge de l'astrophysique, «celui de l’astronomie 'multimessagers'».

     

    Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

    (*) IceCube

    Lien externe complémentaire (source Simbad)

    (**) TXS 0506 + 056 (QSO B0506+056)

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Une étude, dont les résultats intitulés «Forgotten Mediterranean calving grounds of grey and North Atlantic right whales: evidence from Roman archaeological records» ont été publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B, a permis, grâce à des fouilles dans la région du détroit de Gibraltar, de démontrer la présence à l'époque romaine de baleines côtières dans ce détroit.

     

    Indiquons tout d'abord qu'au premier siècle de notre ère, «le naturaliste romain Pline l’Ancien décrivait des combats entre baleines et orques près des côtes espagnoles». Cependant, jusqu’ici, aucun écologue n’avait trouvé de «trace de présence de baleines côtières dans le détroit de Gibraltar, qui auraient pu confirmer les dires de Pline l’Ancien».

     

    Ce n'est plus le cas aujourd'hui, car, comme pendant la période romaine «la région était au centre d’une industrie florissante de transformation du poisson», des fouilles ont permis de retrouver des os de baleine sur ces sites «utilisés par les romains pour la découpe du poisson».

     

    Néanmoins, «ces os étant réduits à l’état de fragments, il était impossible de déduire à quelle espèce ils appartiennent en observant simplement leur forme». Finalement, ce sont des analyses génétiques «de fragments d’ADN retrouvés dans ces os» qui ont mené à l'identification de «deux espèces de baleines côtières présentes à l’époque dans la région: les baleines grises et les baleines franches», ce qui est «cohérent avec le fait que ces deux espèces de baleines migratrices viennent frayer dans des eaux plus chaudes durant la période de mise bas».

     

    La question se pose alors de savoir pourquoi les baleines ont disparu dans cette région. Comme les os ont été retrouvés sur des sites liés à la pêche, «on peut légitimement penser que les romains chassaient la baleine et qu’ils ont contribué à l’extinction de ces espèces en Méditerranée», mais la présence d’os ne suffit pas à prouver «que les romains traquaient les baleines dans les eaux du détroit de Gibraltar».

     

    En effet, ces restes pourraient «simplement provenir de baleines échouées sur les côtes» car «aucune trace de blessures caractéristiques de la chasse n’a pu être identifiée» du fait que les archéologues n’ont retrouvé que des fragments d’os, ce qui est normal puisque «l’animal étant pour le moins imposant, il était sans doute dépecé directement sur la plage, d’où l’absence d’os entiers sur les sites de fouille».

     

     


    votre commentaire
  • Une étude, dont les résultats intitulés «Ancient drug curcumin impedes 26S proteasome activity by direct inhibition of dual-specificity tyrosine-regulated kinase 2» ont été publiés dans la revue PNAS, a permis de décrire comment la curcumine se lie à une enzyme appelée DYRK2, ce qui affecte le fonctionnement du protéasome (*).

     
    Rappelons tout d'abord que la curcumine, qui «est l'ingrédient actif de Curcuma longa, le curcuma, l'une des épices souvent présente dans le curry» est «utilisée dans la médecine traditionnelle depuis des siècles» et «existe aussi sous forme de compléments alimentaires».

     

    Si «des milliers de publications scientifiques décrivent ses bénéfices dans différents domaines» (cancer, troubles neurologiques, infections, etc.), jusqu'ici, le mécanisme expliquant ces bienfaits restait peu clair. Cependant, «certains chercheurs ont émis l'hypothèse que la curcumine soit un inhibiteur du protéasome, un ensemble de protéines qui détruisent les protéines usagées ou inutiles de la cellule».

     

    Dans ce contexte, l'étude ici présentée révèle, grâce à la cristallographie, «que la curcumine se lie fortement au site actif de DYRK2» au moyen des liaisons hydrogènes et hydrophobes, de sorte qu'elle inhibe la kinase DYRK2, «ce qui diminue la phosphorylation réalisée par le protéasome dans les cellules».

     

    Ainsi, «cette activité réduite du protéasome gêne la prolifération cellulaire, ce qui devrait réduire la progression du cancer»: en particulier, «in vivo, un traitement à la curcumine réduit de manière significative le volume d'une tumeur greffée chez la souris».

     

    En fin de compte, cette étude, qui révèle un «rôle inattendu de la curcumine dans l'inhibition du complexe DYRK2-protéasome», suggère «de nouvelles pistes pour traiter certains cancers, comme le cancer du sein triple négatif et le myélome multiple», l'objectif principal étant «de développer un composé chimique qui peut cibler DYRK2 chez les patients atteints de ces cancers».

     

    En outre, il faut souligner que «la curcumine agit en synergie avec un inhibiteur du protéasome, le carfilzomib, ce qui favorise l'apoptose (la mort cellulaire programmée) dans des cellules cancéreuses». Plus précisément, «en combinaison avec ce médicament, la curcumine induit une mort cellulaire plus élevée chez les cellules cancéreuses, tandis que les cellules non-cancéreuses sont moins affectées».

     

    Notons néanmoins, que la curcumine est, en général, «expulsée du corps assez rapidement». De ce fait, «pour que la curcumine soit un médicament efficace, elle doit être modifiée pour entrer dans la circulation sanguine et rester suffisamment longtemps dans le corps pour cibler le cancer».

     

    Comme «en raison de divers inconvénients chimiques, la curcumine seule peut ne pas être suffisante pour inverser complètement le cancer chez les patients humains», cette étude propose donc en résumé, «pour lutter contre des cancers», de «cibler les protéines qui contrôlent le protéasome comme DYRK2, en combinaison avec des inhibiteurs de protéasome».

     

     

    Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

    (*) Protéasome

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique